Chissano fait ses adieux à l'Union africaine

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- Le chef de l'Etat mozambicain, Joaquim Chissano, a appelé mardi à Addis Abeba, les dirigeants africains à s'engager eux-mêmes dans la mise en oeuvre des programmes de développement du continent, estimant qu'il ne suffit pas de proclamer que le 21ème siècle est le siècle de l'Afrique.
S'exprimant devant l'assemblée de l'UA en tant que président sortant, M.
Chissano a dit à ses homologues que leur troisième sommet ordinaire était l'occasion de réaffirmer leur détermination et leur dévouement dans la poursuite des objectifs qu'ils avaient fixés eux-mêmes.
M.
Chissano, qui doit tirer sa révérence au lendemain des élections présidentielles prévues du 2 au 3 décembre 2004 au Mozambique, a fait ses adieux à l'assemblée et transmis le témoin de la présidence de l'UA au président nigérian Olusegun Obasanjo.
"Certainement, quand vos excellences délibéreront lors de la quatrième assemblée prévue à Khartoum, au Soudan, l'année prochaine, je siégerai parmi la société civile".
"Je suivrai de près vos réalisations, de sorte que grâce à ma position avantageuse, je pourrais contribuer au renforcement de liens dynamiques et forts entre les Etats membres de l'UA et la société civile, ce qui est souhaitable".
Concernant la destinée de l'Afrique, le leader mozambicain a dit qu'elle ne reposait pas sur le passé, mais sur l'avenir et sur "les réponses que les générations d'aujourd'hui et de demain apporteront aux défis que rencontre le continent".
Avec 10 pour cent de la population mondiale, 1 pour cent du PIB global, environ 2 pour cent du commerce mondial, 39 des 49 pays les moins avancés dans le monde et 40 pour cent de la population vivant avec moins d'un dollar par jour, les statistiques rendent compte d'une réalité ahurissante en Afrique qui ferait désespérer plus d'un.
"Toutefois, nous ne sommes autorisés ni à désespérer ni à succomber.
Nous avons rendez-vous avec l'histoire.
Nous jouissons d'une occasion de changer notre destin et celle des générations à venir", a affirmé le président mozambicain.
Il a recommandé aux nations africaines de répondre aux défis actuels grâce à leur détermination à mettre en oeuvre le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD).
D'après M.
Chissano, le NEPAD est plus qu'un programme.
Il constitue une révolution réelle dans "notre approche des défis du développement".

06 juillet 2004 13:06:00




xhtml CSS