Cessez-le-feu attendu entre Khartoum et les rebelles du Darfour

Khartoum- Soudan (PANA) -- Une délégation du gouvernement soudanais s'est rendue mercredi au Tchad où elle devrait signer un accord de cessez-le-feu convenu lors des précédentes négociations avec les rebelles à Darfour, indiquent des sources de la présidence à Khartoum.
La délégation est dirigée par le ministre des Affaires présidentiels, Al-Tayeb Ibrahim Mohammed Khair, qui a pris part aux négociations du week-end dernier avec les rebelles, selon des sources officielles.
"Le voyage du Tchad intervient dans un contexte d'efforts incessants de la part du gouvernement pour éteindre les flammes de la sédition dans le Darfour, alors que des signes pour le règlement du problème commencent à se profiler à l'horizon", selon le journal gouvernemental, Al-Anbaa.
Mardi dernier, le Mouvement de libération du Soudan (SLM) a déclaré avoir accepté en principe d'un cesez-le-feu avec le gouvernement au cours de négociations indirectes au Tchad, le week-end dernier, afin de mettre un terme aux affrontements sporadiques avec les forces gouvernementales.
Le président tchadien, Idriss Deby, et d'autres officiels ont assuré la médiation lors de ces négociations, tenues à Abeche, à 300 km de la frontière sud-ouest du Soudan.
Un article paru dans la presse, mercredi, a annoncé que 81 personnes ont été tuées lors des récentes attaques perpétrées par les miliciens arabes contre des villages dans le district est de Jebel Marrah, dans le Sud de l'Etat de Darfour.
Le quotidien indépendant Al-Ayam, qui cite le député de Darfour sud, Farah Mustafa Abdullah, rapporte que les attaques menées lundi dernier par la milice armée connue sous le nom de Jenjaweed, a aussi fait 2.
700 déplacés.
M.
Abdullah a ajouté qu'une force conjointe de l'armée et de la police était en train de pourchasser les miliciens.
Le SLM accuse le gouvernement de Khartoum d'armer Jenjaweed et d'autres milices pour attaquer les tribus non arabes des provinces de Darfour.

03 septembre 2003 21:32:00




xhtml CSS