Cap-Vert: le carnet de vaccination contre la fièvre jaune exigé aux visiteurs

Praia, Cap-Vert (PANA) – Le directeur national de la Santé du Cap-Vert, Tomas Valdez, a annoncé que les autorités sanitaires nationales exigeront, désormais, le carnet de vaccination international contre la fièvre jaune aux citoyens en provenance des pays endémiques ou avec des cas confirmés de la maladie, a appris, mardi, la PANA dans la capitale cap-verdienne, de source officielle.

M. Tomas Valdez, qui s’exprimait au cours d'une conférence de presse, lundi à Praia, pour rendre compte des mesures qui sont en train d’être prises par l’archipel, après la réapparition de la fièvre jaune dans la municipalité de Viana, en Angola et qui a déjà fait sept morts en un mois.

Le responsable sanitaire a indiqué que si une personne arrive dans le pays sans carnet de vaccination, elle devra être identifiée, suivie au niveau de la communauté et vaccinée après une période de surveillance par les services de santé.

Selon le directeur national de la Santé du Cap-Vert, les mesures seront prises en tenant compte de la proximité, en termes de mobilité des personnes entre l’Angola et le Cap-Vert et du fait que l’archipel possède le moustique vecteur de la maladie - aedis aegypti - qui aussi transmet le zika, la dengue et le chikungunya.

Il a indiqué, qu’en plus de renforcer le contrôle au niveau des points d’entrée dans le pays, notamment les aéroports internationaux, les autorités de santé cap-verdiennes prendront part à l’administration du vaccin contre la fièvre jaune, disponible dans les postes de santé de Praia, de Sal et de Sao Vicente, les principales agglomérations de l’archipel.

M. Tomas Valdez a garanti qu’il s’agit d’un vaccin "extrêmement efficace" qui doit être pris dix jours avant de voyager et permet une immunité de dix ans.

Il a aussi assuré que le vaccin serait bientôt disponible dans d’autres îles, afin que les personnes voyagent en toute sécurité et que le risque d’introduire la maladie dans l’archipel soit évité.

"Nous voulons profiter de cette opportunité pour demander la collaboration de tous les voyageurs à destination de l’Angola, mais aussi vers d’autres pays du continent africain et vers d’autres pays où surviennent des cas de fièvre jaune, de se faire vacciner", a-t-il souligné.

Le directeur national de la Santé a déclaré que le Cap-Vert, depuis plus d’un siècle, n’a pas enregistré de cas de fièvre jaune, une maladie qui ne se transmet pas d’humain à humain, mais par des vecteurs tel que le moustique aedis aegypti.
-0- PANA CS/TON/CJB/IS/IBA 26janv2016

26 janvier 2016 14:01:08




xhtml CSS