Burundi : Début de la 14ème réunion du comité exécutif de l’institution des Ombudsman et Médiateurs africains

Bujumbura, Burundi (PANA) - La 14ème réunion du comité exécutif de l’institution des Ombudsman et Médiateurs africains a débuté, jeudi à Bujumbura, pour préparer l’Assemblée générale de l’association, prévue au mois de novembre prochain, a-t-on appris de source officielle dans la capitale burundaise.

Outre le pays hôte, le Burundi, les délégués ayant répondu présents à la réunion de Bujumbura proviennent d’Ethiopie, d’Afrique du Sud, du Malawi, du Lesotho, de Madagascar, du Kenya, de Djibouti, de la Cote d’Ivoire, de la Zambie, du Soudan, d’Angola et de la Tanzanie, sur les 39 Etats africains, actuellement membres de l’organisation.

Lors des cérémonies d’ouverture, l’Ombudsman burundais, Edouard Nduwimana, a indiqué que la 14ème réunion du comité technique se tient au moment où l’institution traverse «des moments de turbulence financière, institutionnelle et organisationnelle».

La réunion technique doit imaginer des ébauches de solutions à soumettre à la prochaine Assemblée générale des Ombudsman africains, a-t-il suggéré.

Dans la plupart des pays africains, les subsides destinées aux institutions nationales de l’Ombudsman proviennent généralement des caisses de l'Etat et sont autorisées par les Parlements respectifs auxquels elles rendent, par ailleurs, compte.

Parlant de son pays, M. Nduwimana a laissé entendre que la nouvelle Constitution amendée de la République du Burundi est en parfaite harmonie avec l’institution d’Ombudsman, notamment en ses articles 243, 244 et 245.

L’article 243 stipule que l’Ombudsman «reçoit les plaintes et mène des enquêtes concernant des fautes de gestion et des violations des droits des citoyens commises par des agents de la Fonction publique et du judiciaire et fait des recommandations à ce sujet aux autorités compétentes. Il assure également une médiation entre l’Administration et les citoyens et entre les ministères et l’Administration et joue le rôle d’observateur en ce qui concerne le fonctionnement de l’administration publique».

A l’article 244, «l’Ombudsman dispose des pouvoirs et des ressources nécessaires pour s’acquitter de ses fonctions. Il présente chaque année un rapport à l’Assemblée nationale et au Sénat. Son rapport est publié dans le Bulletin officiel du Burundi».

L’article 245, quant à lui, précise que l’Ombudsman est nommé par l’Assemblée nationale à la majorité des trois quarts de ses membres. Sa nomination est sujette à approbation par le Sénat à la majorité de deux-tiers de ses membres. Son mandat est de six ans non renouvelable».

La présidente en exercice de l’l’institution des Ombudsman et Médiateurs africains, Mme Fozia Amina a, de son côté, profité de l’occasion pour annoncer qu’elle allait céder sa place après avoir été appelée à d’autres fonctions en Ethiopie, son pays d’origine.

Peu avant l’ouverture de la 14ème réunion, le chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, a reçu en audience une délégation des Ombudsman africains.

La dynamisation de l’association et les relations de coopération avec l’Union africaine (UA) ont été au menu des entretiens, a rendu compte, le porte-parole présidentiel, Jean-Claude Karerwa.

Depuis 2011, l’institution des Ombudsman et Médiateurs africains est acceptée comme membre observateur au sein de l’UA.

Le chef de l’Etat burundais a encouragé l’association à s’impliquer davantage dans le règlement des nombreux conflits qui minent le continent africain, en collaboration avec l’Union africaine.

L’institution des Ombudsman africains collabore également avec le Parlement africain, la Cour africaine ou encore le Mécanisme africain d’évaluation par les pairs.

On rappelle que l’association a été formellement mise sur pied en juillet 2003, à Ouagadougou, au Burkina Faso, à l’issue de la 8ème Conférence régionale des Ombudsman et Médiateurs africains.

L’association s’est fixée, entre autres objectifs, d’encourager la création des institutions de médiation africaines, l’échange d’expériences et d’informations, la formation et le développement des ressources humaines compétentes au niveau des bureaux des Ombudsman nationaux et de leurs personnels.
-0- PANA FB/IS/IBA 12juil2018

12 Julho 2018 13:15:36




xhtml CSS