Burkina Faso: doublement de l'utilisation de méthodes contraceptives modernes chez les femmes entre 2003 et 2015

Ouagadougou, Burkina Faso (PANA) - L'utilisation de méthodes contraceptives modernes chez les femmes burkinabè a presque doublé, passant de 13,8% en 2003 à 24% en 2015, a déclaré, lundi, la ministre en charge de l’Economie, Hadizatou Rosine Coulibaly, en prélude à la 27e Journée mondiale de la population.

Selon les chiffres communiqués par la ministre de l’Economie, au Burkina Faso, moins d’une femme sur quatre (22,5%) en union utilise une méthode de contraception moderne, alors qu’environ une femme en union sur cinq (19,4%), soit 626.391 femmes ont un besoin non satisfait.

«Cependant, nous avons encore d’énormes efforts à faire afin que toutes les femmes puissent jouir du droit de décider de la fréquence et du nombre de grossesses à avoir. Cette faible utilisation des méthodes contraceptives pourrait s’expliquer par le poids des pesanteurs socio-culturelles et la faible accessibilité des populations aux services et méthodes de Planification familiale », a déploré Mme Coulibaly.

Le Burkina Faso célèbre, mardi, la 27è Journée de la population sous le thème interpellateur «Planification familiale: autonomisation des populations et développement des nations».

La ministre de l’Economie a déclaré que l’accès à la Planification familiale volontaire et sans danger constitue un droit fondamental.

Elle a rappelé que des millions de femmes sont devenues autonomes pour avoir eu moins d'enfants et commencé tard leur vie en famille, ce qui leur a donné ainsi l'occasion de terminer leur scolarité, de gagner leur vie et d'échapper au piège de la pauvreté.

Pour Mme Coulibaly, le thème de l’édition 2017 s’intègre parfaitement aux objectifs du Plan national de développement économique et social (PNDES) qui ambitionnent de réaliser une croissance économique soutenue et inclusive à travers une transformation de la structure par âge de la population.

«C’est pourquoi, un des objectifs stratégiques du PNDES est d’améliorer la santé des populations et d’accélérer la transition démographique (car) l’une des stratégies pour y parvenir est de promouvoir l’accès aux services de Santé de la reproduction de qualité, notamment la Planification familiale», a-t-elle dit.

Elle a souligné que le Burkina Faso vient de valider le Plan d’accélération de la Planification familiale en vue d’atteindre une prévalence contraceptive de 32% en 2020.
-0- PANA NDT/IS/IBA 10juil2017

10 juillet 2017 15:03:56




xhtml CSS