Bouteflika annonce la révision du code de la famille algérien

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, a annoncé mardi à Addis-Abeba que de nouvelles dispositions seront bientôt introduites dans le code de la famille pour "rééquilibrer les droits et devoirs des deux conjoints".
M.
Bouteflika, qui s'exprimait devant ses pairs lors d'un débat consacré à la question du genre par la troisième conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine, a d'abord tenu à rappeler les efforts continus de l'Algérie dans ce domaine.
Il a ensuite indiqué que ces dispositions sont "destinées à rééquilibrer les droits et devoirs des deux conjoints pour les mettre en conformité avec la Constitution, nos engagements internationaux et nos valeurs civilisationnelles".
"Aujourd'hui, la scolarisation massive des filles dans tous les échelons de l'enseignement est assurée.
Le taux de participation de la femme dans la population active s'accroît à un rythme de plus en plus significatif de même que l'accès aux responsabilités politiques et économiques, ainsi qu'aux fonctions supérieures et échelons supérieurs de la fonction publique", a encore dit le président Bouteflika.
Selon le chef de l'Etat algérien, les femmes représentent aujourd'hui en Algérie plus de 50 pour cent de l'effectif universitaire, plus de 60 pour cent des personnels médicaux, plus de 30 pour cent des magistrats et plus de 55 pour cent des journalistes.
"Nous entendons investir tous les efforts nécessaires pour maintenir et intensifier cet élan porteur du progrès de notre société et du développement de notre pays", a encore dit M.
Bouteflika.
Il a par ailleurs rappelé que l'Union africaine avait, à juste titre, dès sa création, inscrit d'emblée parmi ses objectifs centraux celui de l'intégration de la dimension genre dans les politiques et programmes de développement des pays africains pour assurer la pleine participation des femmes à tous les échelons des processus politiques, économiques, sociaux et culturels.
Dans ce contexte, le président Bouteflika a exprimé sa satisfaction pour les mesures déjà prises en un si court laps de temps par la Commission de l'UA pour associer de manière significative les femmes dans sa politique de ressources humaines, en particulier la mise en oeuvre effective de la parité hommes/femmes dans la dévolution des responsabilités au rang de commissaires de l'Union.
"Ainsi, a-t-il encore relevé, il ne fait pas de doute que le rôle pionnier de la Commission inspirera les gouvernements et les sociétés civiles dans nos différents pays (pour les amener à) prêter une attention plus soutenue à l'impératif de la pleine reconnaissance du rôle que joue la femme africaine dans les processus d'édification nationale".
Il a appelé ces entités à oeuvrer à réunir les conditions et les moyens requis pour lui permettre de réaliser pleinement son potentiel et d'exercer effectivement ses droits à l'égalité et à l'épanouissement de ses facultés d'initiative et de création.

06 juillet 2004 21:54:00




xhtml CSS