Blé Goudé demande aux jeunes de se faire enrôler dans l’armée ivoirienne

Abidjan, Côte d’Ivoire (PANA) - Charles Blé Goudé, ministre de la Jeunesse du président sortant ivoirien Laurent Gbagbo et leader du mouvement des "Jeunes patriotes", a demandé, lors d’un meeting tenu samedi dans la commune de Yopougon, aux jeunes Ivoiriens de se faire enrôler dans l’armée à compter de lundi matin.

Selon Blé Goudé, l’Union africaine (UA) ayant échoué dans sa médiation en vue de la résolution de la crise post-électorale en Côte d'Ivoire, où le chef de l'Etat sortant Laurent Gbagbo et le candidat de l'opposition Alassane Ouattara se livrent une guerre autour du fauteuil présidentiel depuis la proclamation controversée des résultats de la présidentielle du 28 novembre dernier, il revient aux Ivoiriens de prendre leur responsabilité.

"Etes-vous prêts à aller dans l’armée pour servir votre pays ?", a-t-il interrogé quatre fois des milliers de jeunes venus l’écouter, répondant par l’affirmative dans un tonnerre d’applaudissements.

"Si vous avez dit oui, après concertation avec mes camardes de la galaxie patriotique, je demande à tous les jeunes Ivoiriens, aptes à rentrer dans l’armée, à tous les jeunes qui sont prêts à mourir pour leur patrie, de se rendre dès lundi matin à l’état-major pour se faire enrôler dans l’armée de Côte d’Ivoire", a-t-il insisté.

Pour le leader de la galaxie patriote, cette option s’impose aux Ivoiriens et à lui à cause de l’escalade des tueries et des violences.

"On veut m’obliger à changer ma ligne. On veut m’obliger à faire ce que je n’ai pas envie de faire. Les gens veulent prendre notre silence et notre éducation politique comme une faiblesse. La comédie a trop duré. Le temps de la libération est arrivé", a poursuivi Blé Goudé, accusant l’ONU d’être à la base de cette guerre contre son pays.

"Des gens viennent, ils tuent et ils sont transportés par les hélicoptères de l’ONU. Abobo s’est vidé de son monde. Tous ceux qui sont pro-Gbagbo sont égorgés. Chez nous en Côte d’Ivoire, on peut s’énerver, on peut s’insulter, mais on ne s’entretue pas comme on le voit actuellement. On n’a jamais connu cela dans notre pays. Et dans aucun rapport de l’ONU, cela n’existe", s’est indigné Charles Blé Goudé.

Redoutant l’éclatement d’une guerre, dans les jours à venir, les populations fuient la capitale économique pour se réfugier dans leurs villages respectifs.

Et c’est tous les jours que l’on constate l’exode massif des citadins vers les zones rurales sécurisées.

Les positions se durcissent de plus en plus, surtout depuis l’annonce des résultats d'un  panel de cinq chefs d'Etat par l’Union africaine sur la crise ivoirienne, confirmant l’élection d’Alassane Ouattara au détriment de Laurent Gbagbo se proclamant aussi élu et occupant toujours le Palais de la présidence.

-0- PANA GB/TBM/IBA 20mars2011

20 mars 2011 16:41:57




xhtml CSS