Blaise Compaoré est reconduit à la tête du Faso

Ouagadougou- Burkina Faso (PANA) -- L'homme qui vient d'être réélu à la tête du Burkina Faso avec 80,30% des suffrages exprimés -selon les résultats provisoires de la Commission nationale électorale indépendante (CENI)- a toujours été un acteur politico-militaire de premier plan de son pays depuis plus de 20 ans.
Les Burkinabé n'ont réellement découvert Blaise Compaoré qu'après le mouvement de rectification du 15 octobre 1987 où il a pris les devants pour conduire aux destinées du pays Né le 03 février 1951 à Ouagadougou, Blaise Compaoré, connu pour être un fin manoeuvrier, maîtrise parfaitement la classe politique burkinabé et les hommes qui l'animent pour avoir approché à un moment ou à un autre presque tous ses opposants.
Doté d'une patience de Sioux, cet aîné d'une famille de sept enfants est admiré et en même temps craint pour son calme qui déroute ses adversaires les plus irréductibles, car il prend toujours le temps qu'il faut pour dénouer une crise ou trouver une solution à un problème.
Pourtant les enseignants l'avaient jugé turbulent lorsqu'il était jeune élève, fréquentant successivement l'école primaire de Guiloungou (Ziniaré, centre), le collège Saint-Joseph des missionnaires à Fada N'Gourma (est) et l'Ecole normale de Ouagadougou.
Titulaire du baccalauréat série D en 1972, il est enrôlé d'office dans le contingent spécial de l'armée qui le conduira à l'école militaire inter-armées du Cameroun en 1973 où il a démarré effectivement une carrière militaire.
Après des stages de formation et de perfectionnement dans plusieurs centres de formation militaire en France, au Maroc et en Allemagne, Blaise Compaoré rejoint son pays pour occuper des fonctions supérieures dans l'armée nationale.
Affecté en 1978 à la Compagnie d'intervention aéroportée (CIA) de Bobo-Dioulasso, Compaoré rejoint Ouagadougou en 1980 pour occuper les fonctions d'aide de camp du chef d'état-major des armées.
En janvier 1981, il prend la tête du Centre national d'entraînement commando (CNEC) de Pô.
Après un stage effectué en 1982 à Pau en France, il obtient ses galons de capitaine.
Par ailleurs, l'homme se révèle très actif dans les mouvements associatifs de l'armée et dans le milieu politique à travers lesquels il a appris à connaître l'Homme.
Il prend une part active au sein du Comité militaire de redressement pour le progrès national (CMRPN) entre 1980 et 1982 et du Comité de salut du peuple (CSP) en fin 1982 et 1983.
Acteur de premier plan dans l'avènement de la Révolution, Blaise Compaoré a joué un rôle important dans les événements du 4 août 1983 en occupant des postes ministériels et de hautes fonctions au sein du Comité national de la révolution (CNR).
Il devient président du Faso le 15 octobre 1987 suite à l'avènement du mouvement de rectification.
Avec le retour à l'ordre constitutionnel et au multipartisme en 1991, il remporte les premières élections démocratiques de la IV-ème République.
M.
Compaoré, qui fait et défait ses opposants, arrivera à modifier l'article 37 de la Constitution en ramenant le mandat du chef de l'Etat à cinq ans au lieu de sept ans et en lui octroyant désormais des mandats illimités avant de se faire réélire en 1998, malgré le boycott de l'opposition.
Marié à Chantal Terrasson (d'origine ivoirienne) et père d'une fille, Blaise Compaoré, de l'avis des observateurs, est en train de préparer un dauphin, celui à qui il cèdera son fauteuil en 2010.

21 Novembro 2005 18:24:00




xhtml CSS