Bénin : Les autorités invitées à développer le numérique pour la protection des enfants

Cotonou, Bénin (PANA) - Le Représentant résident de l’Organisation des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), le Dr Claudes Kamenga, a invité ce mardi à Cotonou, le Bénin à œuvrer pour le développement d’un numérique soucieux de la protection des enfants, lors du lancement du rapport mondial sur la situation des enfants.

Intervenant dans le cadre du lancement de ce rapport dont le thème porte sur «Situation des enfants dans le monde 2017 : les enfants dans un monde digital », le Dr Kamenga a invité les autorités béninoises, la société civile, les parents, les blogeurs et les médias à «construire un monde numérique dans lequel chaque enfant et chaque jeune aura une voix protégée».

Parlant de la situation de l’enfant béninois, M. Kamenga a déploré que le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans soit passé seulement de 100 pour 1000 naissances en 2015, à 98 en 2016.

« C’est un progrès certes, mais insuffisant», a-t-il indiqué, se désolant de ce qu’un enfant de moins de cinq ans sur 3 souffre de malnutrition chronique au Bénin, alors que «la malnutrition chronique hypothèque le développement du cerveau de l’enfant, limite sa capacité d’apprentissage et son avenir professionnel ; prive le pays de ses forces vives ; entretient le cycle de la pauvreté et menace la prospérité du pays».

Le fonctionnaire onusien déplore également la situation des filles béninoises dont 3 sur 10 sont mariées avant 18 ans.

«Ces enfants sont livrées à des hommes qui pourraient être leur père. Elles sont violées, privées d’éducation et leur santé est menacée par le risque que font courir les grossesses précoces», s’est-il insurgé.

Dans le domaine du travail, 1 enfant sur 2 de 5 à 17 ans travaille et doit bien souvent soulever des charges trop lourdes et endurer des violences quotidiennes. Dans le système scolaire, seulement 50% de garçons et 38% des filles fréquentent le cycle secondaire.

Pour M. Kamenga, «Le numérique doit servir à faire connaitre cette situation et à mobiliser et permettre à chacun de passer à l’action. Il ne suffit pas de cliquer pour améliorer la vie des enfants au Bénin, il faut agir. Aujourd’hui, le défi est de transformer un clic d’adhésion en ligne en une action concrète en faveur des enfants », a-t-il martelé.

Il a recommandé à cet effet l’établissement et la mise en œuvre de politiques plus efficaces pour offrir à tous les enfants un accès abordable à des ressources en ligne de qualité et promouvoir l’habileté numérique pour permettre aux enfants de s’informer et de se connecter en toute sécurité.

Le représentant de l’UNICEF a invité les autorités béninoises à protéger les enfants des dangers de l’internet, y compris la maltraitance, l’exploitation, la traite, l’intimidation et l’exposition à des contenus inappropriés, et à tirer parti du pouvoir du secteur privé pour faire progresser les normes et les pratiques éthiques qui protègent les enfants et servent leurs intérêts en ligne.

Au Bénin, en 2014, rappelle-t-on, seuls 6% des jeunes femmes et 14% des jeunes hommes âgés de 15 à 24 ans ont utilisé l’Internet fixe au cours des 12 derniers mois avant l’enquête.
La même étude montre clairement que la radio est le premier des médias utilisé par les Béninois : 42% des femmes et 65% des hommes ont accés au moins une fois par semaine à la radio.

Selon l’Autorité de Régulation des Communications Electronique et de la Poste (ARCEP), le nombre d’abonnements Internet global, fixe et téléphone mobile est passé de 456,000 en 2012 à plus 2,700, 000 en 2016 dont 99% d’abonnements pour l’Internet mobile.
-0- PANA IT/IS/SOC 12déc2017

12 décembre 2017 16:10:46




xhtml CSS