Bénin : Les FCBE appellent à un dégel de la crise sociale dans le pays

Cotonou, Bénin (PANA) - Les «Forces cauris pour un Bénin émergents» (FCB-parti de l’ancien président Boni Yayi) ont appelé les protagonistes à un dégel de la crise sociale qui paralyse, depuis quelques mois, l’administration béninoise, à travers une déclaration faite ce mardi à Cotonou.

«Le parti FCBE a appelé toutes les parties impliquées (centrales syndicales et gouvernement) à faire prévaloir l’intérêt supérieur de la Nation en trouvant au plus vite un modus vivendi», selon cette déclaration lue par le député Nourénou Atchadé, porte-parole des FCBE.

«La crise est particulièrement aiguë dans le sensible secteur de l’éducation, et les défalcations, ainsi que les menaces de radiation proférées par le gouvernement ont jeté de l’huile sur le feu et endurci les positions», fait remarquer le parti pour qui, «plusieurs situations latentes faisaient le lit d’un mécontentement général auquel le vote de lois scélérates, fin décembre 2017, pour le retrait du droit de grève à certaines catégories professionnelles, a servi de détonateur en mettant le feu aux poudres».

Depuis plusieurs mois, déplore le parti, l’essentiel de l’administration béninoise, justice, santé, éducation, est en grève et la tension ne faiblit pas du fait de «la gestion opaque du patrimoine national et la prise de mesures particulières en faveur des entreprises du clan du chef de l’Etat et des membres de son gouvernement» ont exacerbé la tension qui couvait dans le cœur des travailleurs.

«A la priorité du pain pour tous, le gouvernement actuel a substitué des mesures dites de «réformes» tendant à régenter toutes les institutions, à anesthésier les forces sociales, à paralyser la société civile et à soumettre les partis politiques, critique le parti, indiquant que «cela justifie bien que l’école, les hôpitaux et les tribunaux demeurent fermés à ce jour».

Félicitant les parents d’élèves pour leur implication dans le dénouement de la crise, le parti exhorte toutes les composantes du corps social à jouer leur partition, tout en rappelant au chef de l’Etat que c’est lui-même qui a inscrit dans son projet de société, la nécessité de revaloriser la fonction enseignante en mettant effectivement en œuvre les statuts particuliers.
-0- PANA IT/IS/SOC 13mars2018

13 mars 2018 19:23:42




xhtml CSS