Belgique : Soutien de l'UE aux efforts de stabilisation dans la région du Sahel/Mali

Bruxelles, Belgique (PANA) - Le Conseil de l'Union européenne (UE) a renouvelé, lundi, l'engagement stratégique et global de l'UE dans la région du Sahel, en réaffirmant que l'organisation continuera à soutenir les efforts de stabilisation des pays du G5 Sahel comme base de développement de cette région.

Dans sa conclusion sur le Sahel et le Mali, le Conseil a également préconisé une coordination renforcée avec tous les acteurs internationaux impliqués pour s'attaquer aux causes profondes des défis multiples dans cette région et promouvoir son développement durable et inclusif.

Concernant la situation au Mali, le Conseil a souligné la nécessité de progrès constants dans la mise en oeuvre de l'Accord de paix et de réconciliation.

Il a réaffirmé l'engagement de l'UE à soutenir le processus électoral à venir au Mali et les efforts de ce pays pour renforcer sa sécurité et le développement de ses territoires du Nord et du Centre.

Le Conseil a rappelé que la Conférence internationale de haut niveau sur le Sahel, qui s'est tenue à Bruxelles, le 23 février 2018, a révélé un niveau de soutien sans précédent de la communauté internationale au Sahel.

Maintenant, l'UE invite toutes les parties prenantes qui ont promis des contributions lors de cette Conférence à tenir rapidement leurs engagements. La récente Réunion ministérielle UE-G5 à Bruxelles, convoquée par la Haute Représentante, a souligné le large engagement axé sur les résultats pour le G5 Sahel.

Dans ce cadre, l'UE a renouvelé son engagement stratégique et global pour la région du Sahel, sur la base de la Stratégie de l'UE pour le Sahel et son Plan d'action régional.

Selon les conclusions du Conseil rendues publiques, lundi, le soutien de l'UE aux efforts de stabilisation des pays du G5 Sahel va nécessiter une approche de stabilisation cohérente au travers d'instruments internationaux et nationaux, en se concentrant sur l'appropriation locale et l'application d'une approche politiquement intégrée, avec une couverture égale de la sécurité, de la gouvernance et du développement.

"Elle doit se pencher sur les causes profondes des multiples défis dans cette région et promouvoir son développement durable et inclusif, ainsi qu'une gouvernance inclusive et efficace qui réponde aux besoins et aspirations du peuple sur tout le territoire", a souligné le conseil.

Dans le cadre de la Résolution 2391 du Conseil de sécurité des Nations Unies, l'UE a confirmé son engagement à s'engager auprès des populations et à soutenir les pays du G5 Sahel sur l'opérationnalisation de la Force mixte du G5 Sahel, y compris à travers la Facilité africaine de paix et le Centre de coordination, qui s'occupe des contributions militaires et non-militaires, entre autres, aux droits de l'Homme et au renforcement des capacités locales, en étroite collaboration avec les Nations Unies, l'Union africaine et les organisations régionales et sous-régionales concernées, notamment la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

"L'UE invite les pays du G5 Sahel à déployer complètement les troupes restantes et les forces de Police afin de rendre opérationnelle la Force mixte et mener des opérations de lutte contre le terrorisme. Il est important de poursuivre la mise en place de structures appropriées pour intégrer la Force mixte du G5 Sahel dans un cadre politique et institutionnel plus large.

"Dans ce cadre, l'UE espère et soutient fortement l'opérationnalisation rapide d'un cadre de conformité pour prévenir, enquêter, réagir et dénoncer publiquement les violations des droits de l'Homme et abus, ainsi que les violations du droit humanitaire international liées à la Force mixte du G5 Sahel.

"Il est également essentiel de faire rendre des comptes et de transférer aux juridictions compétentes le soin de juger les personnes appréhendées durant les opérations et soupçonnées de terrorisme et d'autres crimes. L'UE souligne la nécessité de soutenir le système judiciaire national, ainsi que la coopération judiciaire nationale, afin de permettre le transfert légal des suspects et des preuves entre les différentes juridictions", indique une partie des conclusions.

L'UE a en outre souligné l'importance d'établir des relations de collaboration et de confiance entre la Force mixte du G5 Sahel et les communautés qui vivent dans les zones où ont lieu les opérations. Elle a noté le soutien aux organisations locales de la Société civile et aux autres acteurs comme les Commissions nationales des droits de l'Homme, afin de renforcer les capacités locales et la confiance entre les forces de sécurité et la population qui sont essentielles à cet égard.

Le Conseil a également réaffirmé le soutien de l'UE à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), qui opère dans un environnement très complexe et a préconisé un renforcement de la collaboration et des synergies entre les différents acteurs et missions sur le terrain.

Il a souligné que l'UE appréciait les efforts de l'ONU pour appuyer la Force mixte du G5 et s'est félicité du rôle prépondérant de la MINUSMA dans le soutien à la mise en oeuvre de l'Accord sur la paix et la réconciliation au Mali.

"Tout en soulignant que la responsabilité du processus de paix incombait principalement aux parties signataires et aux autres acteurs maliens concernés sur le terrain, l'UE apprécierait le renforcement du rôle de la MINUSMA à cet égard", a déclaré le Conseil.
-0- PANA AR/MA/FJG/IS/IBA 25juin2018

25 june 2018 16:48:21




xhtml CSS