Bassolé minimise le retrait du JEM du processus de paix au Darfour

Tripoli- Libye (PANA) -- Le retrait du Mouvement pour l'égalité et la justice (JEM) du processus de paix au Darfour, facilité par Doha, "ne signifie pas l'échec de ce processus", a soutenu le médiateur des Nations unies et de l'Union africaine (UA) au Darfour, Djibril Bassolé.
M.
Bassolé a indiqué que ce n'est pas la première fois que la JEM, qui a signé l'accord-cadre de paix de Doha, le 23 février dernier, suspend sa participation au processus de paix pour revenir par la suite à la table de négociation.
Il a affirmé, à ce propos, que le processus de Doha doit se poursuivre, tout en cherchant "par tous les moyens" à convaincre le leader du mouvement rebelle, Khalil Ibrahim, à rallier les négociations.
Le médiateur de l'ONU et de l'UA avait précisé lors d'un entretien avec la PANA en marge du 12ème sommet de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD), qui a pris fin vendredi dernier à N'Djaména, que dans un processus de paix à l'instar de celui de Doha, il ne faut pas parler en termes d'échec mais en termes d'avancée et d'acquis, soulignant qu'il n'y aura de solution globale et définitive que lorsque toutes les parties et les protagonistes se seront engagés pour faire la paix.
"La seule voie pour aboutir à une paix durable au Darfour est la poursuite du dialogue", avait-il martelé.
Le Darfour, région de l'ouest du Soudan, est en proie à une guerre civile depuis près de six ans, rappelle-t-on.

26 juillet 2010 14:42:00




xhtml CSS