Bangui dénonce l'appui d'un ancien ministre d'Etat à la rébellion

Bangui- Centrafrique (PANA) -- Le ministre centrafricain de la Communication, Cyriaque Gonda, a sévèrement critiqué mercredi à Bangui, la désignation du colonel Charles Massi, président du Forum démocratique pour la modernité (FODEM, allié du président Bozizé) comme coordonnateur politique de l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR, rébellion).
"Il ne faut pas user de subterfuges qui déshonorent la classe politique centrafricaine qui risque d’être considérée comme une équipe de canailles qui sautent sur les occasions dès qu’on est limogé, on accepte même d’être un coordonnateur politique de groupe rebelle, en tant que chef d’un parti politique légalement constitué et ancien candidat à la présidence", a déclaré M.
Gonda au cours d’un point de presse destiné à préciser les contours de l’accord de cessez-le-feu signé vendredi dernier avec l’Armée populaire pour la restauration de la démocratie.
"Je crois que ça va créer de la confusion chez eux-mêmes, mais pour nous, gouvernement, nous allons aller résolument vers l’organisation du Dialogue politique inclusif", a ajouté le ministre centrafricain précisant : "apparemment, la base de l’UFDR a déjà rejeté la décision du président Djotodia".
L'avocat Henri Pouzère, coordonnateur de l'Union des forces vives de la nation, un regroupement de partis de l'opposition démocratique, a quant à lui rappelé les liens étroits entre le FODEM et le régime de Bozizé.
"Le FODEM est une organisation qui appartient à la majorité présidentielle, qui a souscrit un contrat avec le président Bozizé à un moment donné, et qui a porté Bozizé au pouvoir, et Charles Massi a travaillé sous Bozizé en tant que ministre loyal", a-t-il déclaré, pour fustiger son nouveau rôle dans la rébellion.
"Voilà le même Massi qui aujourd’hui devient curieusement la personne qui est le porte-parole, le coordonnateur de la rébellion alors que la majorité présidentielle était tout le temps contre la rébellion et les rebelles, cet acte doit être apprécié par la majorité elle-même et par le peuple centrafricain pour voir qui joue le double jeu", a dénoncé Me Pouzère.
Ces déclarations interviennent 48 heures après une décision de M.
Michel Djotodia, président de l’UFDR, désignant le colonel Massi comme coordonnateur de ce mouvement rebelle actif au nord-est du pays.
Ministre entre 1993 et 1998 dans les différents gouvernements du président déchu Ange Félix Patassé, Charles Massi a rompu avec ce dernier pour créer en 1998 le FODEM sous les couleurs duquel il s’est présenté à l'élection présidentielle de septembre 1999 et celle de mars 2005.
Revenu au gouvernement à la faveur d’une alliance avec le général Bozizé entre les deux tours de la présidentielle de 2005, il sera limogé en janvier 2008 après la démission du Premier ministre Elie Doté.

14 mai 2008 19:37:00




xhtml CSS