Ban Ki-moon tente de dissiper le malentendu avec l'Afrique sur la CPI

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- Le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon a mis à profit sa présence au 14ème sommet, qui s'est ouvert ce dimanche à Addis-Abeba, Ethiopie, pour rassurer les Africains sur l'impartialité de la Cour pénale internationale (CPI).
Le président de la Commission de l'Union africaine, à la suite de plusieurs autres personnalités du continent, avait récemment accusé la justice internationale de pratiquer la politique de deux poids deux mesures.
"Je puis dire que les poursuites de la CPI ne sont pas dictées par des considérations politiques.
La Cour est composée de magistrats indépendants qui ne prennent leur ordre auprès d'aucun gouvernement", a répondu dimanche le Secrétaire général des Nations unies.
Il a d'ailleurs exhorté les dirigeants africains à venir très nombreux à la rencontre internationale qui sera organisée en mai prochain à Kampala, en Ouganda, pour procéder au bilan de la CPI depuis le démarrage de ses activités.
"J'espère que les dirigeants africains viendront nombreux à cette réunion importante de Kampala.
J'ai la conviction que la démocratie, que les Africains tentent de bâtir, ne peut être séparée de la justice", a martelé le patron des Nations unies.
En dépit des efforts déployés pour la masquer, une profonde divergence oppose l'UA à la communauté internationale sur le fonctionnement de la CPI.
La preuve en est donnée par le refus unanime des Etats africains d'exécuter le mandat international lancé par la CPI contre le président soudanais Omar el-Béchir, accusé de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre commis au Darfour.

31 janvier 2010 16:52:00




xhtml CSS