Baisse du taux de prévalence du sida au Nigeria

Abuja, Nigeria (PANA) – Le taux de prévalence du sida a baissé au Nigeria, chutant de 4,6 pour cent à 4,1 pour cent, alors que le nombre de personnes affectées est estimé à 3,1 millions, a révélé jeudi le ministre de la Santé, Onyebuchi Chukwu.

Procédant au lancement d’une étude sur la prévalence du sida en 2010 chez les femmes enceintes, il a indiqué que cette baisse a été rendue possible par l’efficacité des nombreuses stratégies d’intervention.

M. Chukwu a rappelé que l’étude nationale menée en 1991 avait fixé la prévalence à 1,8 pour cent, précisant que même si au fil des ans le taux de prévalence est passé à 4,5 pour cent en 1995-1996, et 5,8 pour cent en 2001, il a connu une baisse depuis cette année.

Selon lui, le gouvernement a institué trois types d’études sur le sida sur l’ensemble du territoire national, y compris la planification de programmes et le suivi et évaluation pour son efficacité.

M. Chukwu a aussi révélé que le taux de prévalence de nouvelles infections chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans avait décliné de 6,0 pour cent en 2001 à 4,1 pour cent en 2010.

Il a expliqué que l’étude sentinelle de 2010 avait confirmé que le sida demeurait un problème de santé publique de grande ampleur qui méritait une attention particulière.

"Avec le taux de prévalence national de 4,1 pour cent, le nombre de personnes  infectées est estimé à près de 3,1 millions. Ce qui signifie que le Nigeria  reste toujours le deuxième pays en Afrique subsaharienne à avoir le plus grand nombre de personnes vivant avec le sida et le premier en Afrique de l’Ouest», a déclaré le ministre.

"D’après l’étude sentinelle clinique prénatale de 2010, le taux de prévalence global national est de 4,1 pour cent, avec une prévalence variant entre 1,0 pour cent à Kebbi et 12,7 pour cent à Benue. Présentement près de 1,5 millions de personnes, y compris 212.720 enfants, nécessitent toujours un traitement", a-t-il ajouté.

M. Chukwu a souligné que près de 400.000 personnes vivant avec le sida avaient accès gratuitement aux anti-rétroviraux, précisant que le gouvernement fédéral s’était engagé à améliorer les services concernant le sida et d’autres maladies.  

-0- PANA ADE/BOS/LSA/AAS/SOC 24mars2011

24 mars 2011 21:47:22




xhtml CSS