Baisse drastique des secours aux réfugiés somaliens de Djibouti

Addis Abéba- Ethiopie (PANA) -- Le Programme alimentaire mondial (PAM) a appelé, vendredi, la communauté internationale à fournir 8.
000 tonnes de vivres aux 25.
000 réfugiés vivant dans les camps de Holl-Holl et Ali-Added à Djibouti, ajoutant que les secours disponibles s'épuisaient rapidement, ce qui pose un grave risque de malnutrition.
Selon le PAM, le manque de nourriture pourrait retarder le début du programme de rapatriement des réfugiés somaliens prévu en début juin.
En avril, l'organisation humanitaire a été forcée de réduire les rations alimentaires de 20 pour cent en raison de l'insuffisance des ressources.
Les réfugiés ne reçoivent plus du blé associé au soja, une farine nutritive enrichie en vitamines, tandis que les rations d'huile végétale ont été réduites de 50 pour cent.
"Les réfugiés reçoivent maintenant des rations bien inférieures aux normes nutritionnelles internationales", déclare Fatma Samoura, représentante du PAM à Djibouti.
"Si nous ne rétablissons pas rapidement par les rations normales, la malnutrition va nettement augmenter dans les camps", a-t-elle prévenu.
Le PAM, à travers ses partenaires de l'Autorité nationale pour l'aide aux réfugiés et victimes des catastrophes (ONARS), fourni normalement tous les mois aux réfugiés une ration de 16,9 kg de céréales, graines de légumineuse, d'aliments associés, de l'huile, du sucre et du sel.
En plus de la ration générale, le PAM aide à nourrir les enfants sévèrement malnutrits, mais aussi les femmes enceintes et celles qui allaitent.
Il y a 25.
605 réfugiés à Djibouti.
La majorité est venue de Somalie depuis le début de l'année 1998, et l'aide alimentaire est essentielle pour eux parce qu'ils ne peuvent pas cultiver leur propre nourriture en raison du climat aride et de la pénurie d'eau à Djibouti, explique Mme Samoura.
Concernant le programme de rapatriement de quelque 2.
000 réfugiés somaliens prévu conjointement par le HCR et le PAM et devant commencer en début juin, Mme Samoura a déclaré qu'il pourrait être suspendue "si nous ne pouvons fournir aux réfugiés suffisamment de nourriture pour les aider à se réinstaller dans leur pays d'origine".
Elle a souligné que la plupart des réfugiés ont perdu leurs maisons, leur bétail et même leurs fermes lorsqu'ils ont fui le conflit dans leur pays.
En mars de cette année, le PAM a lancé une opération de secours de 18 mois en vue d'apporter de l'aide aux réfugiés à Djibouti.
Jusqu'ici, l'organisation n'a reçu que moins de 17 pour cent des 4 millions de dollars nécessaires à ces opérations.

24 mai 2002 18:27:00




xhtml CSS