Augmentation du taux de séroprévalence en milieu rural

Bujumbura- Burundi (PANA) -- Le taux de séroprévalence du VIH/SIDA n'a cessé d'augmenter en milieu rural, passant en un peu plus de 10 ans de 6 pour cent à 14 pour cent aujourd'hui contre 20 pour cent dans les villes burundaises, ont indiqué mercredi des responsables des services sanitaires.
Ceux-ci ont révélé ces chiffres à l'ouverture d'un atelier de six jours à Gitega (seconde ville du pays situé dans le centre), à l'intention de plus de 160 candidats à l'animation des programmes de lutte contre la pandémie du VIH/SIDA dans les différentes localités isolées de la région.
Ils ont fait savoir que la formation des animateurs communaux, qui a reçu l'appui du Programme national de lutte contre le SIDA et du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), est appelée à se généraliser à l'ensemble du pays pour freiner la progression alarmante du fléau en milieu rural.
Ces responsables ont toutefois relevé une interaction entre les milieux urbain et rural à travers les mouvements des populations, soulignant la nécessité de mettre en application une politique globale de lutte contre le fléau à l'échelle nationale.
Le gouvernement burundais vient d'élaborer un plan stratégique national de lutte contre le VIH/SIDA pour les cinq prochaines années, qui nécessitera un montant estimé à 220 millions de dollars.
Cette somme est attendue des bailleurs de fonds du Burundi qui devraient se réunir prochainement à Bujumbura autour de ce plan et des modalités de son financement.

12 septembre 2001 20:32:00




xhtml CSS