Augmentation de 2,5° à 3,7° de la température annuelle moyenne en Rd Congo d’ici à 2050

Kinshasa, Rd Congo (PANA) - La température annuelle moyenne en République démocratique du Congo (Rdc) pourrait augmenter d’ici à 2050, de 2,5° à 3,7° avec des sécheresses saisonnières plus fréquentes et plus longues, conduisant à d’importantes perturbations dans les calendriers agricoles, a indiqué M. Alexis Bonte, représentant de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) en Rdc, dans un message publié jeudi en prévision de la Journée mondiale de l’alimentation célébrée le 16 octobre de chaque année.

Selon M. Bonte, la Rdc dispose d’un énorme potentiel agricole, grâce à ses 80 millions  d’hectares de terres arables. Elle est deuxième, après le Brésil et pourrait nourrir jusqu’à deux milliards de personnes.

Pour Bonte, la célébration de la Journée de l’alimentation en Rdc représente l’occasion d’identifier les meilleures actions visant à améliorer les efforts d’atténuation du changement climatique et d’adaptation à ses effets.

C’est pour s’adapter à cette nouvelle donne que la Fao s’est associée avec le Programme alimentaire mondial (Pam) dans le projet commun d’« appui au développement des chaînes de valeurs des petits producteurs » dénommé « Achats pour le progrès" ou « Purchase for Progress (P4P), en anglais ».

L’objectif principal du P4P est d’appuyer les petits producteurs agricoles afin qu’ils puissent augmenter leurs revenus à travers la diversification des produits agricoles. La plupart de ces petits exploitants agricoles n’ont pas accès aux outils de base et aux intrants agricoles. En renforçant leur résilience, il est possible de garantir la sécurité alimentaire pour les populations qui souffrent de la faim.

An niveau global, la Fao a décidé de célébrer également l’Année internationale des légumineuses. Afin de lutter contre le changement climatique, les légumineuses sont de puissantes alliées. Elles sont plus économes en eau que de nombreuses autres cultures et elles favorisent l’absorption de carbone dans les sols. Investir dans les légumineuses permettra ainsi de lutter contre le changement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

Cette année, la Journée mondiale de l’alimentation est consacrée à analyser la façon dont l’alimentation et l’agriculture devraient évoluer pour faire face aux effets négatifs du changement climatique. Les aléas météorologiques affectent la productivité agricole et, par conséquent, compromettent la sécurité alimentaire mondiale.

Le thème de cette année « Le climat change: l’agriculture et l’alimentation aussi ». « Le choix de ce thème vise à nous sensibiliser par rapport à nos habitudes alimentaires et dans la lutte contre le changement climatique », a souligné M Bonte.
-0- PANA KON/BEH/IBA 13oct2016


13 october 2016 14:38:53




xhtml CSS