Aucun membre de la famille hôte de la petite fille décédée suite à Ebola n'a contracté la maladie

Bamako, Mali (PANA) - Le ministre malien de la Santé et de l’Hygiène publique, Ousmane Koné, accompagné de son collègue de l’Economie numérique, de la Communication et de l’Information, Mahamadou Camara s’est rendu, lundi soir, dans une famille du quartier populaire de Bagadadji (Commune II du District de Bamako, Est de Bamako) qui avait reçu la petite fille qui fut le premier cas importé d’Ebola au Mali, a appris la PANA de sources proches du ministère malien en charge de la Santé.

Le ministre est venu annoncer à la famille qu’aucun de ses membres n’a contracté la maladie de la fièvre à virus Ebola au terme de 21 jours d’observation qui leur avaient été imposés suite à la confirmation du premier cas d’Ebola au Mali.

Tous les membres de cette famille avaient accepté de respecter scrupuleusement la mesure de confinement.

«Dieu merci, il n’y a pas eu de contamination. Nous pouvons l’attester après 3 semaines d’observation», s’est réjoui le ministre Ousmane Koné.

La mise sous observation médicale de la famille hôte de la victime du virus Ebola répondait à un souci élémentaire de prévention de la population du quartier et de la famille en particulier. Cette mesure de prévention est requise pour circonscrire toute propagation du virus Ebola.

Par ailleurs, une partie des personnes mises en isolement à l’hôpital régional Fousseyni Daou de Kayes (Ouest) a été également libérée, lundi dernier. Ces contacts n’ont pas déclaré de symptômes de fièvre hémorragique à virus Ebola pendant la période d’observation.

«Puisque les personnes à risques n’ont pas entamé leur confinement à la même date, elles ne pouvaient être libérées le même jour», a-t-on expliqué.

Des personnes, y compris le personnel soignant, devaient être libérées, mardi, selon une source du ministère malien de la Santé et de l’Hygiène publique

Le premier cas de virus importé au Mali était une fillette de 2 ans venue malade de la ville guinéenne de Kissidougou. Elle avait fait une escale de quelques heures en compagnie de sa grand-mère dans le quartier de Bagadadji à Bamako avant de rallier Kayes où elle est décédée le 23 octobre dernier.

Au total, 25 des 100 personnes mises sous surveillance suite au cas de cette fillette sont ainsi libérées de confinement.
-0- PANA GT/IS/IBA 12nov2014


12 novembre 2014 13:32:35




xhtml CSS