Arthur D. Little développe une stratégied’excellence pour le lancement de nouveaux produits de santé

LONDRES-Mai 21, 2013-(BUSINESS WIRE/ ME NewsWire)--Après des années de faibleproductivité, la R&D des laboratoirespharmaceutiqueset des entreprises de biotechnologies commence enfin à tenirsespromesses. Le nombre de nouvellesmoléculesapprouvées par la FDA (Agenceaméricaine des produitsalimentairesetmédicamenteux) estreparti à la hausse, tout comme les cours de bourse des entreprises de biotechnologies, signe de la rentabilité de leurs business models.

C’estdoncmaintenantque la stratégie de lancement des nouveaux médicamentsprendtoute son importance. Le dernier article d'Arthur D. Little (ADL), « Launch excellence for new medicines » (L'excellencedans le lancement de nouveaux médicaments), présente les facteursclés de succèsnécessaires à la réussite de ceslancements.

D’aprèsl'expérienceacquise par ADL lors de projetsrécents, unlancement de produitréussipermet de réduire les délais de misesur le marché (de quatre à six mois) et de générer des ventesannuellessupplémentairessignificatives. Auparavant, le lancement de nouvellesmoléculesallait de soi car ilintervenaitsur des segments thérapeutiquesmaitrisés et au sein de géographiesconnues. L’internationalisation des lancements a depuis fait émerger de nouvellesdifficultésd’accès aux marchésinternationauxrendant indispensable unerefonte du processus de lancement.

Les développementsconvergents des technologies de l’information, des télécommunicationset de la recherchemédicaleconduisent à uneprofonde transformation des soins de santé. A titred’exemple, la communication via les médiasociaux, la collaboration avec des entreprises de télécommunicationset le co-développement de logiciels avec l’industrie IT ferontpartieintégrante des processus de développementclinique et de commercialisationdans les années à venir. Dèslors, comment les entreprisesvont-ellesgérercette nouvelle complexité ?

« La planification du lancementest la clé », affirment les experts santé d'ADL. « Les laboratoiresdoiventmettre au point unestratégie de lancementfondéesur un décloisonnement des différentesfonctions (recherche, développementclinique, accès au marché, marketing, promotion…). Ilest critique d’identifier les indicateursprécoces d’un retard éventueloud’une sous-performance en exerçant un suivi constant et de mettre en place les actions correctricesnécessaires. »

Selon ADL, l’analyse du marché en termesd’épidémiologie, de concurrence, de prescripteurs-cléset de courbes de pénétration ne suffit pas pour réussirpleinement le lancementd’une nouvelle molécule. Avant d’engager les investissementsconséquentsliés aux phases IIb et III, les laboratoiresdevraientvalider la proposition de valeur du nouveau médicament :établir la preuve de concept technologique et cliniquemaisaussil’existence d’un marché solvable. Préparer au mieuxunlancement suppose doncd’associer des équipescommerciales et opérationnelles aux équipes de R&D et d’élaborer un plan de lancementdont le suivisoitscrupuleusementcontrôlé. En dernier lieu, ilest indispensable que les laboratoiress’adaptent aux exigences locales d’accès au marché, sinécessaire y en développant des partenariats.

Vous pouvez télécharger le rapport completà : www.adl.com/Launch_excellence
Le texte du communiqué issud’unetraduction ne doitd’aucunemanièreêtreconsidérécommeofficiel. La seule version du communiqué qui fassefoiestcelle du communiqué danssa langue d’origine. La traductiondevratoujoursêtreconfrontée au texte source, qui fera jurisprudence.
*Source: ME NewsWire
Contacts
Sue Glanville/Cate Bonthuys
Say Communications pour Arthur D. Little
Tél. : + 44 (0)20 8971 6400
arthurdlittle@saycomms.co.uk



xhtml CSS