Arrivée du leader du MLS à Khartoum

Khartoum- Soudan (PANA) -- Le leader du Mouvement pour la libération du Soudan (SLM, ex-rébellion), Minni Arkua Minnawi est arrivé dimanche à Khartoum dans le cadre de la mise en œuvre de l'accord de paix signé en mai dernier à Abuja pour mettre un terme au sanglant conflit du Darfour, la région occidentale du Soudan.
L'arrivée à Khartoum de l'ex-chef rebelle, initialement prévue samedi, a eu lieu tard dimanche à cause d'un déficit de communication et de coordination.
M.
Minnawi, le seul leader rebelle sur les trois à avoir signé l'accord de paix du Darfour lors des négociations avec le gouvernement de Khartoum, avait soudainement reporté sa visite pour des raisons politiques.
Il accuse le gouvernement de revenir sur une promesse comprise dans l'accord de paix, notamment sa nomination au poste de conseiller spécial du président Omar El Bachir.
Pour venir au secours de ce fragile accord de paix à la suite des mouvements d'humeur des responsables du MLS insistant sur le respect de l'accord, le président soudanais, Omar el Bachir a rapidement publié un décret samedi peu après les menaces de plomber l'accord de paix proférées par les responsables du MLS jusqu'à la nomination de leur leader au poste de conseiller spécial du président soudanais.
Minnawi devra prêter serment comme conseiller spécial du président, un poste politique créé par l'accord de paix de mai.
Mais, des dizaines de milliers de Darfouriens ont manifesté leur désaccord avec les responsables du MLS sur cet accord qui, selon eux, ne prend pas en compte toutes leurs préoccupations.
Les détracteurs de l'accord de paix d'Abuja veulent davantage d'indemnités pour les crimes de guerre, plus de postes politiques et une plus grande implication dans le cadre du désarmement des milices arabes, les Djandjawids, des supplétifs du gouvernement de Khartoum.
Les deux autres groupes rebelles, la faction du MLS dirigée par Abdulwahid al-Nur et le Mouvement pour l'équité et la justice (MEJ) n'ont pas signé cet accord de paix dont le dernier délai était fixé le 31 mai 2006 par l'Union africaine (UA).
Les rebelles du Darfour ont pris les armes contre le gouvernement de Khartoum en février 2003 pour protester contre ce qu'ils appellent la marginalisation de leur peuple.

07 août 2006 19:31:00




xhtml CSS