Arrivée au Congo d’une mission de haut niveau de GAVI

Brazzaville, Congo (PANA) - Une mission de haut niveau de l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI), conduite par son directeur exécutif, le Dr. Seth Bertkely, est arrivée à Brazzaville pour une visite de trois jours au Congo, au cours de laquelle, elle aura des échanges avec les autorités congolaises, dont le chef de l’Etat, Denis Sassou-Nguesso, annonce un communiqué de presse du bureau de l’Organisation mondiale de la Santé au Congo, parvenu jeudi à la PANA.

Le but de ces rencontres est d’échanger sur les tenants et les aboutissants de la sortie du Congo de l’éligibilité de GAVI, tout en garantissant le financement durable des vaccins et de la vaccination sans l’appui de cette alliance.

Pendant son séjour au Congo, la délégation va visiter des Centres de santé intégrés (CSI) et le Programme élargi des vaccinations (PEV) à Brazzaville.

Le gouvernement congolais bénéficie depuis septembre 2015 d’un appui financier de GAVI, estimé à 13,1 milliards de FCFA destinés à améliorer de façon significative la couverture vaccinale et de réduire la morbi-mortalité infantile liée aux maladies évitables par la vaccination.

GAVI a accordé pour la première fois un soutien de deux ans au renforcement du système de santé d’un montant de près de 4,8 millions de dollars.

Selon le communiqué, le Congo avait reçu de GAVI la lettre d’information relative à la demande pour un soutien exceptionnel pour les vaccins contre le Virus du Papillome humain (VPH) qui bénéficierait aux adolescentes et le Rougeole-Rubéole en 2016.

Cependant pour que cette demande soit approuvée, le Congo ne devrait plus être en situation de défaut de co-financement.  

"Grâce aux efforts conjugués du gouvernement, de GAVI et d’autre partenaires, la couverture vaccinale est passée de 47 pc en 2003 à 86 pc en 2014 pour le vaccin Pentavalent 3.
Les effets de cette amélioration sur la santé des enfants sont évidents, car la vaccination a contribué à la réduction de la mortalité infantile.

Au total, plus deux millions d’enfants ont été vaccinés et 3.764 vies sauvées grâce, notamment, à l’appui de GAVI’, précise le communiqué.

En raison de l’amélioration du PIB (supérieur à 1.500 USD), le Congo a été admis en 2001 au processus de sortie de l’éligibilité de Gavi, ce qui s’est traduit par une diminution des contributions de GAVI dans l’achat des vaccins et par une augmentation des besoins de financement national.

"Les coûts des vaccins du PEV à charge du gouvernement sont passés de 35 millions de FCFA en 2011 à 2,5 milliards de FCFA en 2016. En 2017, les coûts des vaccins de routine à charge du gouvernement sont estimés à 2,373 milliards de FCFA. Les vaccins de campagne (rougeole-rubéole et fièvre jaune) sont estimés à 2,569 milliards de FCFA, soit un coût total de 4,942 milliards de FCFA", indique le communiqué, précisant que le soutien de GAVI prendra fin en 2017.

En effet, pour la sécurisation du financement de la vaccination, une ligne budgétaire destinée à l’achat des vaccins avait été créée en 2016 et dotée d’une allocation de 2,5 milliards de FCFA. En dépit des mandats émis sur la totalité de la somme prévue, cette ligne n’a été décaissée qu’à hauteur de 621 millions de FCFA, soit un taux de décaissement de 25 pc.

"En 2017, la ligne a été reconduite, mais avec un niveau d’allocation faible à hauteur de 300 millions de FCFA. Par rapport au montant prévu pour l’achat des vaccins, il se dégage un gap de 4,642 milliards de FCFA", conclut le communiqué.
-0- PANA MB/JSG/IBA 23fev2017



23 février 2017 11:09:24




xhtml CSS