Arrivée au Burundi d’une caravane de jeunes cyclistes est-africains pour promouvoir l'intégration régionale

Bujumbura, Burundi (PANA) - Une caravane de 26 jeunes cyclistes est arrivée au Burundi mardi, dans le cadre d’une tournée de 45 jours destinée à promouvoir la libre circulation des personnes et des biens au sein des six Etats membres de la Communauté d’Afrique de l’Est (Cae), a rapporté, mercredi, la radio publique, citant le secrétaire permanent au ministère burundais de l’Intégration régionale, Jean Rigi.

La caravane de jeunes garçons et filles, représentants les différents pays membres de la communauté, a déjà traversé l’Ouganda, la Tanzanie et doit poursuivre son périple par le Rwanda, pour finir sa course au Soudan du Sud, selon les mêmes sources.

« Le sport est parmi les moyens de cimenter les liens entre nos peuples en vue d’un développement durable de la sous-région », a souligné, en substance, le secrétaire permanent au ministère de l’Intégration régionale.

Concernant toujours l’intégration par le sport, le Burundi abritait déjà, depuis samedi, pour deux semaines, les 11èmes Jeux militaires et culturels de la Communauté, en l’absence du Rwanda. Les deux plus proches voisins de la sous-région ne se fréquentent plus depuis quelques temps, à cause des tensions dans leurs relations.

Créée en 1967, avec comme noyau dur la Tanzanie, l’Ouganda et le Kenya, la Communauté est-africaine s’est élargie au Burundi et au Rwanda en 2007, tandis le Soudan du Sud n’a été admis qu’en 2014, peu de temps après avoir obtenu l’indépendance vis-à-vis du grand Soudan.

La Communauté est aujourd’hui forte de près de 140 millions d’habitants, sur une superficie de 1,82 million de kilomètres carrés.

Ce regroupement sous-régional est crédité d’un Produit intérieur brut (Pib) de l’ordre de 84,7 milliards de dollars américains, diversement répartis entre les poids lourds que sont l’Ouganda, la Tanzanie et le Kenya anglophones, d’un côté et les maillons faibles francophones, de l'autre, que sont le Burundi et le Rwanda.

Le jeune Etat indépendant du Soudan du Sud, également anglophone, dispose d'atouts majeurs pour se développer et tirer profit de l'intégration régionale, notamment le pétrole et les minerais, si ce n'était pas la guerre civile qui la mine depuis des années, selon les analystes.

La même communauté ambitionne de réaliser, à moyen terme, une fédération politique, en passant par d’autres étapes intermédiaires, notamment l’union douanière et monétaire ainsi que le Marché commun.
-0- PANA FB/BEH/IBA 30août2017

30 août 2017 14:14:47




xhtml CSS