Appel du PAM pour nourrir 10 millions d'Ouest-africains

Dakar- Sénégal (PANA) -- Le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé un appel en direction de la communauté internationale pour lui demander de se mobiliser fortement autour de ses efforts de lutte contre la faim et la pauvreté en Afrique de l'Ouest, la région la plus pauvre du monde.
Pour l'année 2006, le PAM ambitionne de nourrir un minimum de dix millions de personnes en Afrique de l'Ouest en mobilisant plus de 300.
000 tonnes de nourriture, pour un coût de 237 millions de dollars US environ.
A l'heure actuelle, seuls 18,4 millions de dollars ont été confirmés, soit huit pour cent environ du total des besoins, affirme l'agence onusienne, dans un communiqué publié lundi.
"Lorsque l'on permet à la pauvreté de prendre racine et de s'étendre, les sources de revenus s'effondrent et les personnes, notamment les jeunes enfants, souffrent terriblement et meurent parfois", a affirmé le directeur exécutif adjoint du PAM, Jean- Jacques Graisse, en mission dans la capitale sénégalaise, Dakar.
"Le conflit a également détruit des vies et de nombreuses personnes ont encore besoin d'assistance pour faire face aux conséquences immédiates de la violence et des déplacements ou pour recoller les morceaux après le retour de la paix.
Un travail considérable attend le PAM en 2006", a-t-il ajouté.
La Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso et, en particulier le Niger, ont connu de grandes difficultés au cours de la "période de soudure" en 2005 et les plus démunis vont probablement se retrouver de nouveau dans une situation précaire, suite à l'essoufflement de leurs stratégies de survie et à la baisse de leur pouvoir d'achat.
Au Niger, notamment, le poids écrasant de la pauvreté et de la dette continuent de compromettre les capacités des familles rurales à se prendre en charge toutes seules.
L'opération d'urgence lancée par le PAM est présentement focalisée sur le maintien de l'aide aux enfants malnutris et prévoit des projets "travail contre nourriture" et la reconstitution des stocks céréaliers pour permettre aux villages démunis de renforcer les capacités des populations à passer le cap d'une autre difficile année.
"L'accès à la nourriture est l'essence même de l'existence humaine et pourtant l'expression pauvreté signifie qu'ici, en Afrique de l'Ouest, des millions de personnes se réveillent chaque jour en se demandant comment elles pourront se nourrir", a déclaré M.
Graisse.
L'agence onusienne explique que l'avenir du Liberia se présente sous de meilleurs auspices, avec l'organisation des élections à la fin de l'année 2005, dans des conditions satisfaisantes, clôturant ainsi le chapitre d'une guerre de 14 ans qui a déchiré le pays.
Cependant, la société et les infrastructures restent traumatisés et déstabilisés et, pour garantir un redressement réussi, le PAM nourrit 700.
00 personnes à peu près dans le pays.
Sont compris dans ce lot, 50.
000 personnes au moins qui ont fui leurs domiciles au cours du conflit pour trouver refuge dans des camps ouverts sur le territoire libérien et attendent d'être réinstallées et 75.
000 réfugiés vivant dans des pays étrangers et qui espèrent rentrer chez eux avec l'aide du PAM.
Cependant, si le Liberia emprunte la voie du redressement, la Côte d'Ivoire quant à elle, oscille entre la paix et la reprise d'un conflit qui risque de déstabiliser la majeure partie de la région.
L'opération actuelle du PAM, qui cible un million de personnes environ en situation d'insécurité alimentaire, est renforcée par un plan d'urgence susceptible d'être rapidement mis en oeuvre pour nourrir 350.
000 autres personnes au cas où la situation connaîtrait une rapide détérioration.
Même les pays stables qui connaissent des progrès économiques, comme le Sénégal, ont des besoins considérables de nourriture et de nutrition.
Au cours des cinq prochaines années, le PAM envisage de doubler le nombre d'élèves bénéficiant de repas gratuits, pour toucher 250.
000 enfants, une initiative entrant dans le cadre des efforts visant à améliorer la nutrition et l'accès à l'éducation primaire dans le pays.
Dans la région de l'Afrique de l'Ouest, le PAM mène également des opérations au Bénin, au Cap-Vert, au Cameroun, au Ghana, en Guinée-Bissau, à Sao Tome et Principe et en Gambie, pour un total de 18 bureaux.
Tous les pays dans lesquels le PAM a des bureaux sont classés comme pays ayant de faibles revenus et souffrant d'un déficit alimentaire.
Quatorze de ces pays se retrouvent dans les 20 pour cent inférieurs de l'Indice de Développement humain du PNUD, les sept derniers étant tous des pays de l'Afrique de l'Ouest.
Dans la région, l'on estime que 3,2 millions d'enfants de moins de cinq ans à peu près souffrent de malnutrition aiguë alors que les cas de neuf millions d'enfants relèvent de la malnutrition chronique.
"Presque tous les indicateurs sociaux et économiques classent les pays de l'Afrique de l'Ouest au bas de l'échelle.
Dans de nombreux cas, la nécessité d'une aide humanitaire apparaît comme l'urgence extrême, mais l'aptitude à remplir les promesses n'est pas toujours garantie".
"Nous avons besoin des ressources pour ce faire, étant donné que nous avons constaté à de nombreuses reprises que les retards d'exécution reviennent finalement beaucoup plus cher", a encore affirmé M.
Graisse.

17 janvier 2006 15:45:00




xhtml CSS