Appel au président Bush pour plus d'engagement contre le racisme

Paris- France (PANA) -- Un membre du Congrès américain, Cynthia Mckinney, vient de lancer un appel à l'administration du président Bush pour plus d'engagement dans la lutte contre le racisme aux Etats-Unis et dans le monde.
"J'ai été surprise par l'attitude du président (George W.
) Bush et son gouvernement, qui n'ont daigné accorder aucune importance à la Conférence mondiale sur le racisme, affichant publiquement leur hostilité à cette rencontre", a affirmé Mme Mckinney.
Cette importante rencontre des Nations Unies doit se tenir du 27 août au 7 septembre prochain à Durban en Afrique du Sud.
Mme Mckinney a ajouté que cette conférence est une occasion pour Bush de montrer son engagement dans la lutte contre racisme.
La parlementaire américaine réagissait aux menaces du gouvernement américain de boycotter la conférence, si le sionisme et la demande de réparation pour les victimes de l'esclavage étaient à l'ordre du jour.
La presse a rapporté la déclaration d'un membre du gouvernement américain, qui indiquait que les Etats-Unis reconnaissent comme tout le monde que l'esclavage est un mal, mais qu'il ne fallait pas regarder en arrière.
"Au lieu de se focaliser sur les compensations, pourquoi ne pas considérer les initiatives nouvelles du continent comme le plan MAP (Plan du millénaire pour le renaissance de l'Afrique)?, a-t-il ajouté.
Le racisme est un phénomène qui persiste aux Etats-Unis, selon Mme Mckinney, qui accuse Bush de n'avoir pas soutenu les projets de lois anti-racistes au Texas, l'Etat dont il était le gouverneur.
"Je pense que l'hostilité du gouvernement à la Conférence mondiale sur le racisme est une preuve de son indifférence sur la question", a-t-elle soutenu.
"En menaçant de boycotter la Conférence, la réputation de Bush d'être un unificateur pourrait considérablement en pâtir.
La Conférence est tellement importante pour la communauté internationale que notre pays (les Etats-Unis) devrait y apporter tout son soutien", a-t-elle encore dit.
Elle prédit que si le gouvernement du président Bush n'apporte pas tout son soutien à cette rencontre, "il le regrettera très amèrement en 2004".

01 août 2001 21:10:00




xhtml CSS