Appel à l'investissement dans des sources d'énergie alternatives en Somalie

Abidjan, Côte d'Ivoire (PANA) - La Conférence internationale, organisée par le gouvernement somalien avec le soutien des partenaires internationaux pour lutter contre le commerce illicite de charbon, sa production et son utilisation, s'est achevée sur un appel à l'investissement dans des sources d'énergies alternatives et l'adoption de politiques nationales et régionales contraignantes, indique un communiqué transmis jeudi à la PANA.

Les principales recommandations à la conférence, tenue les 7 et 8 mai à Mogadiscio, pour mettre fin au commerce illicite de charbon, portent sur l'adoption de politiques applicables et de cadres juridiques aux niveaux national et régional, la réduction de la demande de charbon dans les pays importateurs et la mise à disposition de sources de revenus et de sources d'énergie alternatives.

Les participants ont mis en évidence que les sources d'énergies alternatives, incluant le gaz et le pétrole liquéfié, les briquettes de biomasse et les fourneaux plus économiques, étaient en usage dans le cadre d'un programme conjoint du gouvernement somalien et des Nations unies pour la réduction durable du charbon et des sources de revenus alternatives (PROSCAL).

Cependant, ayant fait le constat que ce programme à hauteur de 30 millions de dollars était sous-financé, ils ont lancé un appel à plus d'investissements.

Lors de la cérémonie de clôture, le ministre somalien du Travail et des Affaires, Salah Ahmed Jama, a rappelé les avantages générés par la création de sources de revenus alternatives pour arrêter l'exportation du charbon .

"Développer et investir dans d'autres secteurs d'énergies pourrait créer des emplois vert pour la population de jeunes et de femmes qui dépendent actuellement du charbon pour leur subsistance. Il est aussi important d'avoir des politiques sur le charbon qui sont en conformité avec celles sur le développement économique et l'emploi, de sorte à créer une économie plus verte pour la Somalie", a soutenu le ministre Ahmed Jama.

Le Représentant spécial-adjoint du Secrétaire général des Nations unies en Somalie, Peter de Clercq, a noté la nécessité d'une sensibilisation pour arrêter la production de charbon en Somalie, de même que l'adoption de politiques et de législations aux niveaux régional, international et national pour s'assurer que l'interdiction est soutenue.

La conférence avait pour thème "Bâtir des partenariats pour enrayer le commerce non profitable du charbon, sa production et son utilisation en Somalie".

Elle a été organisée grâce à l'appui financier de l'Union européenne, de la Suède et de l'Italie et au soutien du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et de ONU-Environnement.

Le commerce illicite de charbon est la principale source de financement des milices et des groupes terroristes comme Al Shebaab, qui prélèvent illégalement des taxes à l'exportation.

Entre 2011 et 2017, ce sont 8,2 millions d'arbres qui ont été abattus en Somalie pour en faire du charbon. Plus de 80 pour cent de charbon produit sont exportés vers les pays du Golfe et les pays limitrophes de la Somalie.

Depuis 2012, il y a une double interdiction de l'exportation du charbon de Somalie émanant aussi bien du Conseil de sécurité des Nations unies que du gouvernement, en raison de son impact destructeur sur l'environnement et de moyen d'exacerbation du conflit et des crises humanitaires.
-0- PANA BAL/JSG/IBA 10mai2018

10 may 2018 13:05:33




xhtml CSS