Amr Moussa au Soudan pour relancer les efforts de paix

Juba- Soudan (PANA) -- Le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, est actuellement au Soudan pour relancer les efforts visant à mettre fin à deux décennies de guerre entre le gouvernement de Khartoum et l'Armée de libération du peuple Soudan (SPLA).
M.
Moussa, qui est arrivé lundi à Juba pour une visite de trois jours, semblait optimiste quant aux perspectives des négociations de paix.
"Nous oeuvrons tous pour la réalisation de la paix au Soudan, et tous les efforts convergent maintenant vers cet objectif", a-t-il dit dans une déclaration.
M.
Moussa a rencontré le président Omar El-Bechir, qui l'a invité à Juba, dans le cadre des événements marquant le 14ème anniversaire du coup d'Etat militaire qui l'a porté au pouvoir en 1989.
Le gouvernement et la SPLA s'opposent actuellement sur le statut de Khartoum.
M.
El-Bechir rejetant toute idée d'avoir une capitale laïque, tandis que les rebelles du Sud préviennent qu'ils feraient sécession si Khartoum n'a pas un statut laïc.
Les principaux partis d'opposition du Nord défendent la même position que la SPLA, et se disent favorables à une capitale nationale basée sur l'égalité entre les peuples de religions, croyances et convictions politiques différentes.
Les discussions de paix doivent reprendre en juillet en vue de mettre fin à la guerre civile qui a fait environ 2 millions de morts, victimes surtout de la famine et de la maladie provoquées par la guerre.
Peu après le début des négociations, en juillet dernier, les deux parties ont signé un accord prévoyant la séparation de la religion et de l'Etat au Sud Soudan, et la tenue d'un référendum d'autodétermination pour le Sud, à l'issue d'une période de transition de six ans.
Depuis lors, peu de progrès ont été réalisés, et les deux parties n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur les détails du partage du pouvoir et des richesses, mais aussi des dispositifs sécuritaires durant la période intérimaire.
Juba est la ville la plus importante du Sud Soudan, mais aussi le siège des forces du Sud.
Les rebelles soudanais luttent contre le gouvernement du Nord musulman depuis 1983, réclamant l'autonomie pour le Sud à prédominance chrétienne et animiste.
Ce conflit - un des plus vieux d'Afrique - est également attisé par le pétrole, les étendues de terres arables et les autres ressources dont dispose le pays.
Les négociations en cours depuis deux ans sont près de s'achever.
Le prochain round de discussions prévu au Kenya voisin, débutera le week-end prochain, selon Lazaro Sumbeiywo, le médiateur principal.

02 juillet 2003 09:14:00




xhtml CSS