Amnesty demande au président du Soudan de surseoir à l'exécution d'une adolescente

Khartoum, Soudan (PANA) – Amnesty International a lancé, lundi, un appel au président du Soudan et au ministre soudanais de la Justice pour surseoir à l'exécution de la jeune Noura Hussein âgée de 19 ans qui avait été condamnée à la peine de mort le 10 mai 2018 pour avoir tué son mari violeur.

Selon l'organisation des droits de l'homme, Noura est victime d'un viol conjugal et ne devrait pas être exécutée pour s'être défendue.

Dans son appel, Amnesty International a expliqué que le supplice de Noura avait débuté dès ses 16 ans et elle fut mariée contre sa volonté. Son père et son nouvel époux avaient signé un contrat de mariage et lorsqu'elle termina son cycle secondaire en avril 2017, elle fut forcée de rejoindre le domicile conjugal.

La première fois qu'elle a été violée par son époux, le mari s'est y pris avec le concours de ses deux frères et d'un de ses cousins pour l'immobiliser.

“Ele ne consentait pas à consommer un mariage dont elle n'a jamais voulu - il l'a forcée. Le lendemain matin, il s'y essaya à nouveau - mais elle réussit à se réfugier dans la cuisine où elle saisit un couteau. Dans une ultime bagarre, elle lui assena cinq coups mortels.

“Lorsqu'elle se rendit dans sa famille pour les informer de ce qui s'était passé, son père l'amena à la police et la famille toute entière la rejeta”, a fait savoir Amnesty International.

Les tribunaux ont reconnu la culpabilité de Noura et son acte prémédité - même si elle a agi en etat de légitime défense pour éviter d'être violée par un homme qu'il l'avait prise de force lorsqu'elle n'était qu'une jeune fille.
-0- PANA AR/ASA/BEH/SOC 14mai2018

14 Maio 2018 19:54:48




xhtml CSS