Alassane Ouattara reçoit jeudi le président du Conseil constitutionnel ivoirien, après celui de l'Assemblée nationale

Abidjan, Côte d’Ivoire (PANA) - Le président du Conseil constitutionnel ivoirien, Paul Yao N’dré, sera reçu en audience ce jeudi par le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, a annoncé la présidence.

Dans le même élan de réconciliation, M. Ouattara a reçu mercredi le président de l’Assemblée nationale, Mamadou Koulibaly.

Paul Yao-N’dré rentre d’Accra, où il avait trouvé refuge, lors de la crise post-électorale, pour l’investiture du président Ouattara annoncée pour le 15 mai prochain.

On rappelle que le même Paul Yao N’dré avait proclamé Laurent Gbagbo élu au second tour de la présidentielle du 28 novembre 2010, au détriment d’Alassane Ouattara, déclaré élu par la Commission électorale indépendante (CEI) et soutenu par la communauté internationale.

Mercredi, le président Ouattara a eu reçu en audience le président de l’Assemblée nationale, Mamadou Koulibaly, lui aussi revenu mardi d’Accra, où il s'était réfugie.

"J'étais à Accra, le président Ouattara m'a téléphoné et a souhaité que je regagne la Côte d'Ivoire. Nous avons discuté d'un certain nombre de choses. Nous avons parlé de plusieurs sujets", a déclaré Mamadou Koulibaly, à l'issue de l'audience.

Parmi les sujets évoqués, la nécessité pour M. Ouattara de prêter officiellement serment comme président de la République, conformément au voeu de l'Union africaine.

Par ailleurs, les parlementaires ont évoqué leurs préoccupations liées à l’insécurité qui règne dans le pays et les menaces et pillages dont ils font l’objet.

A ce propos, selon Mamadou Koulibaly, le président Ouattara a donné des instructions pour qu'assez rapidement l'Assemblée nationale soit sécurisée.

Le président de l’Assemblée nationale a exhorté les Ivoiriens à faire de la paix et de la réconciliation une réalité pour permettre à la Côte d’Ivoire de reprendre le chemin du développement.

Il a suggéré et obtenu qu'Alassane Ouattara s’adresse à la nation le 27 avril prochain, à la première session parlementaire de l’année, "pour dire aux Ivoiriens où il va, comment il veut y aller, avec qui, dans quelles conditions de sécurité, de détente".

"Je pense qu'en allant dans ce sens et si les uns et les autres acceptaient d'arrêter de se bagarrer, si ceux qui ont des armes arrêtaient de menacer ceux qui n'en ont pas, si ceux qui sont RHDP arrêtaient de faire peur à ceux qui ne sont pas RHDP, si les représentants locaux du PCI ou du RDR arrêtaient de faire peur aux représentants locaux du Fpi, peut-être que nous aurions une chance extraordinaire de reconstruire ce pays après ce chaos", a estimé Mamadou Koulibaly.
-0- PANA GB/JSG/IBA 21avr2011

21 avril 2011 10:56:06




xhtml CSS