Afrique du Sud: rebondissement dans l'affaire Madikizela-Mandela

Le Cap, Afrique du Sud (PANA) - Dans un rebondissement spectaculaire de la procédure engagée par Winnie Madikizela-Mandela contre le testament de Nelson Mandela, ses avocats ont affirmé que son divorce d'avec l'ancien homme d'Etat avait été obtenu frauduleusement.

Des documents juridiques mis à la disposition de la presse suggèrent qu'elle ne se trouvait même pas en Afrique du Sud quand son divorce prononcé à grand renfort de publicité d'avec M. Mandela a été finalisé et qu'il n'y a pas eu de règlement à l'amiable.

Mme Madikizela-Mandela réclame la maison de famille de Qunu, au Cap Oriental où l'ancien président sud-africain est né et où il a été inhumé, l'année dernière.

Son équipe de défense a saisi la Haute Cour du Cap Oriental, mardi. Sa requête comprend une copie du certificat de mariage du couple de juin 1958.

"Ce certificat est clairement un document frauduleux et il est tout à fait évident que lors de l'audience du divorce, la Cour a été induite en erreur et le jugement de divorce a été obtenu par la fraude ou sur la base de fausses déclarations", a déclaré Mme Madikizela-Mandela dans sa déclaration sous serment.

L'avocat de Mme Madikizela-Mandela, Mvuzo Notyesi, soutient que la coutume tribale locale impose que les droits sur cette propriété reviennent à Mme Madikizela-Mandela et à ses descendants.

Mme Madikizela-Mandela, qui était connue comme la "Mère de la Nation" durant la longue période d'emprisonnement de son époux, est restée mariée avec lui pendant 38 ans.

Même s'ils étaient toujours mariés au moment où M. Mandela devenait président de l'Afrique du Sud en mai 1994, ils étaient séparés depuis 1992 après qu'elle a fait l'objet d'un procès retentissant. Leur divorce a été finalisé en 1996.

Nelson Mandela, qui s'était remarié à 80 ans avec l'ex-Première dame mozambicaine, Graca Machel, a exclu Mme Madikizela-Mandela de son testament.
-0- PANA CU/SEG/FJG/IS/IBA  15oct2014

15 octobre 2014 13:57:17




xhtml CSS