Afrique du Sud: la finalisation des dernières volontés de Mandela entravée par un litige juridique

Le Cap, Afrique du Sud (PANA) - La finalisation des dernières volontés de l'ancien président sud-africain, Nelson Mandela, est retardée à cause de la bataille juridique de son ex-épouse concernant sa maison de Qunu.

Winnie Madikizela-Mandela, en convalescence dans un hôpital de Johannesburg après une deuxième opération du dos en autant de mois, a fait appel d'une décision de la Haute Cour de Mtata qui a statué qu'elle n'a aucun droit sur ​​la résidence où Madiba est né et enterré. Elle a suscité un tollé, l'année dernière, quand elle a lancé une procédure judiciaire contre la succession, avec ses avocats affirmant que son divorce de l'ancien président a été obtenu frauduleusement.

L'avocat de Mandela, Maître George Bizos, qui est également en convalescence à l'hôpital après une chute, cette semaine, a déclaré que les dernières volontés qui ont été achevées en 2014 ne peuvent être exécutées en raison de l'enchevêtrement juridique. Me Bizos qui représentait l'homme d'État de dimension mondiale à son célèbre procès pour trahison dans les années 1960, a confirmé que Madikizela-Mandela a déposé un avis de demande d'appel de la décision «auquel nous allons nous opposer». Il a ajouté qu'une fois que la chose est réglée, «nous allons faire face aux dernières volontés».

Les volontés qui ont été écrites d'abord en 2004 et modifiée en dernier lieu en 2008 exclu Madikizela-Mandela de la succession. Il a laissé une succession d'une valeur d'environ 3 millions de dollars US à ses enfants et petits-enfants, à son personnel et au Congrès national africain (ANC).

Madikizela-Mandela, qui a porté les espoirs des Sud-Africains noirs pendant la longue peine d'emprisonnement de Mandela, a été mariée avec lui pendant 38 ans. Bien qu'ils étaient encore mariés lorsque Mandela est devenu président de l'Afrique du Sud en mai 1994, ils avaient été séparés depuis 1992 après avoir eu une affaire très médiatisée. Leur divorce a été finalisé en 1996.

Mandela, qui se remaria avec l'ancienne Première Dame du Mozambique, Graca Machel, à son 80ème anniversaire, a exclu Madikizela-Mandela de sa succession. Il est mort en 2013.
-0- PANA CU/VAO/MTA/IS/IBA 22avr2016

22 avril 2016 14:09:11




xhtml CSS