Afrique du Sud : la radio nationale contrainte d'abandonner l'interdiction sur les manifestations

Le Cap, Afrique du Sud (PANA) - La Haute Cour de Gauteng Nord a rendu mercredi une ordonnance interdisant à la radio nationale d'Afrique du Sud de mettre en œuvre ou d'appliquer sa décision de ne pas couvrir les manifestations violentes.

Le directeur de l'exploitation de la Radiodiffusion nationale d'Afrique du Sud (SABC), Hlaudi Motsoeneng, a suscité le mois dernier un tollé international quand il a mis en œuvre la censure. L'Autorité indépendante des communications de l'Afrique du Sud (ICASA) a jugé la semaine dernière que la SABC devrait retirer sa résolution.

L'Association mondiale des journaux et des éditeurs de presse (AMJ-IFRA) et le Forum mondial des éditeurs (WEF) se sont plaints tous les deux, alors que le directeur général de la SABC, Jimmi Mathews, a démissionné après la tourmente. Mardi, huit journalistes de haut rang de la SABC ont été licenciés pour avoir contesté la décision.

Mercredi, la Fondation Helen Suzman qui a amené l'interdit d'urgence et la SABC ont conclu une entente. Le radiodiffuseur a concédé la plupart des points dans la demande de la fondation.

L'opposition officielle, Democratic Alliance (DA) a appelé mercredi le président Jacob Zuma, à mettre sur pied une commission d'enquête sur l' "effondrement en cours" de la SABC.

"Le dernier de la série de ces scandales est une politique juridiquement indéfendable et inconstitutionnelle de la censure d'éditorial comme sous l'apartheid, ainsi que les rapports sélectifs, partiaux et partiels, notamment en matière de politique de parti. Cela est clairement une question d'intérêt public de la plus grande importance. L'indignation publique sur l'état de la radio publique est venue de tous les secteurs de la société sud-africaine", a déclaré le chef de DA, Mmusi Maimane.

Il a déclaré que Nelson Mandela, dont l'anniversaire a été commémoré lundi, avait combattu pour la liberté des médias.

"Si le président Zuma veut vraiment honorer l'héritage de Madiba et faire respecter la Constitution, il doit intervenir dans la crise de la SABC. Le président ne peut pas garder le silence plus longtemps", a-t-il ajouté.
-0- PANA CU / MA/MTA/TBM SOC 20juillet2016

20 juillet 2016 19:13:59




xhtml CSS