Afrique du Sud : Une ministre du gouvernement plaide en faveur de peines plus dures pour les auteurs de violence contre les femmes

Johannesbourg, Afrique du Sud ( PANA) - Le ministre du Développement social sud-africain, Mme Bathabile Dlamini, a lancé un appel ce mercredi en faveur des peines de prison plus dures à l'égard des auteurs de violence contre les femmes, avant de déclarer qu'ils devraient purger la durée totale de leurs peines sans bénéficier de liberté conditionnelle.

'' La peine minimum pour ceux qui occasionnent des violences à l'endroit des femmes est très courte et devrait faire objet de modification. Ces brigands ne devraient pas bénéficier de la libération conditionnelle. La libération conditionnelle, nous ne comprenons pas ce que c'est et c'est la raison pour laquelle nous perdons toujours les procès'',  a ajouté Mme Dlamini au nom de la ligue féminine du Congrès national africain, lors de la célébration officielle de la journée dédiée aux femmes à Galeshewe, dans la localité de Kimberley.

Mme Dlamini a déclaré en outre que les femmes sud-africaines étaient dorénavant prêtes pour prendre les rênes des instances dirigeantes du pays, tout en exprimant au passage, le soutien de l'Ancwl à l'endroit de l'ex-présidente de la commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, pour succéder au Président Zacob Zuma à la présidence de l'Anc au mois de décembre.

''Nous ne devons plus permettre à personne de remettre en cause nos compétences. Nous sommes prêtes, les femmes sont prêtes. Nous sommes prêtes pour le sommet des femmes et des hommes qui doit démontrer l'engagement de l'Afrique du Sud de sa croisade contre la violence infligée aux femmes'', a déclaré Mme Dlamini.

''Toute personne qui veut accéder à une instance dirigeante au sein de l'Anc et qui veut nous diriger doit au préalable disposer d'un bilan favorable en faveur des droits des femmes. Les femmes sont partie intégrante de la transformation économique sud-africaine'', a-t-elle renchéri.

La présidente de la ligue féminine de l'Anc, a en outre invité les hommes sud-africains à prendre part á la lutte contre les violences faites aux femmes.

''Le moment est venu pour les hommes d'afficher publiquement leur implication dans le combat contre la violence sexiste. Personne ne doit plus harceler les femmes, le harcèlement sexuel doit être aboli en Afrique du Sud'', a-t-elle ajouté.

La présidente de la ligue féminine de l'Anc a conclu en exprimant son soutien au Président Zuma qui a échappé mardi à une motion de défiance avant de magnifier son soutien et sa confiance aux femmes depuis son accession à la tête du pays.

''Monsieur le président, vous avez été victime de torture psychologique et vous avez été amené devant la loi. Nous vous affirmons notre soutien, pas parce que vous êtes président, mais pour avoir été le défenseur des femmes. L'ennemi est impatient et préfère un coup d'Etat au lieu d'élections par peur de défaite''.
-0- PANA  VAO/BAD/BEH /SOC   09août2017









09 août 2017 18:15:36




xhtml CSS