Afrique du Sud : Des incidents liés au racisme à la Une des journaux

Cape, Afrique du Sud (PANA) - Deux incidents liés au racisme ont fait la Une des journaux sud-africains et viennent de démontrer une fois de plus que 20 ans après la fin de l'Apartheid, les relations inter-raciales restent toujours tendues.

Le tribunal de l'égalité qui se trouve dans la ville du Cap a ordonné ce vendredi à un homme de payer en guise de compensation la somme de 5000 dollars américains à une employée de maison après qu'il a été déclaré coupable d'avoir tenu des propos racistes, abusifs et injurieux à l'encontre de son employée.

Le magistrat, Jerome Koerries, a déclaré à l'endroit du prévenu, M. Andre van Deventer, qu'il devrait savoir que l'utilisation du mot "Kaffir" (qui signifie nègre) est blessante et humiliante.

L'employée de maison, en l'occurrence Mme Nomasomi Kente, avait porté plainte contre son employeur pour injures racistes et lui a réclamé la somme de 10.000 dollars américains pour dédommagements. Elle s'est également plainte d'avoir été victime d'agression physique et d'avoir essuyé des crachats sur son visage de la part de son patron. M. Van Deventer a avoué les insultes à caractère racial, mais a nié l'agression.

Une autre affaire judiciaire liée au racisme oppose M. Julius Malema, le chef du parti d'opposition, le Front pour la liberté économique, à un homme blanc dans un restaurant fast-food situé dans la province de Limpopo.

L'accusateur, un certain Cassie Moller, a déclaré que M. Malema qui était en compagnie d'un groupe de personnes, l'avait appelé Boer (fermier blanc) avant de se montrer par la suite agressif à son égard. M. Roets a également déclaré qu'il compte porter plainte contre le leader du parti d'opposition (EFF) pour des accusations d'intimidation, d'agression et d'injures racistes auprès de la police de Tzaneen.

L'accusé, M. Malema, a quant à lui déclaré au journal Star Newspaper que M. Roets avait menacé d'agresser l'un des employés du restaurant qui se trouvait derrière le comptoir.

"Je ne peux pas laisser passer des agressions sur des travailleurs noirs", a déclaré M. Malema cité par le journal, ajoutant qu'il est prêt à aller en prison pour la défense de ses compatriotes noirs.

-0- PANA CU/AR/BAD/IS/SOC 24oct2014


24 أكتوبر 2014 21:59:12




xhtml CSS