Afribiota: une nouvelle approche dans la lutte contre la malnutrition infantile

Port-Louis, Maurice (PANA) - Le projet AFRIBIOTA, un ambitieux programme de recherche multidisciplinaire destiné à mieux comprendre la malnutrition infantile chronique, réunit depuis lundi, plus de 30 scientifiques et cliniciens malgaches et internationaux à l’Institut Pasteur de Madagascar, à Antananarivo, la capitale malgache, a appris la PANA de source officielle.

Ce programme associant recherches fondamentale et cliniques, notamment l’étude du microbiote intestinal des enfants, sciences sociales et neurosciences, vise à développer à terme de nouvelles approches de diagnostic facilement utilisable sur le terrain.

Dans un dossier transmis à la PANA par l'Institut Pasteur de Madagascar, il est indiqué qu'un enfant sur 4 âgé de moins de 5 ans souffre de malnutrition chronique dans le monde.

"A Madagascar, 47 pc d’entre eux sont affectés par ce fléau. La malnutrition est un des facteurs majeurs du fort taux de mortalité infantile chez les moins de 5 ans qui, dans ce pays, culmine à 56 décès pour 1000 naissances. Elle peut également être à l’origine d’anomalies du développement physique, de performances cognitives amoindries et de certaines difficultés d’apprentissage. Elle alimente ainsi le cercle vicieux de la pauvreté en pesant lourdement sur les possibilités de développement socio-économique des générations futures", peut-on lire dans ce dossier.

Coordonné par le Pr. Philippe Sansonetti, responsable de l’Unité de pathogénie microbienne moléculaire à l’Institut Pasteur à Paris, le programme de recherche AFRIBIOTA propose une approche multidisciplinaire innovante pour mieux comprendre la malnutrition chronique.

D'après le dossier, les scientifiques vont en particulier s’intéresser à un syndrome inflammatoire chronique de l’intestin connu sous le nom d’entéropathie environnementale pédiatrique (PEE).

Ce syndrome, qui perturbe le fonctionnement de l’intestin, empêche l’assimilation correcte des aliments et affaiblit le système immunitaire, est aujourd’hui reconnu comme une des causes majeures de la malnutrition.

"On estime que la PEE touche plus de 75 pc des enfants dans les pays en développement. En dépit de son impact massif sur la santé infantile, les données scientifiques sur ce syndrome sont quasiment inexistantes", a expliqué le Pr. Sansonetti.

Ce programme AFRIBIOTA, qui est soutenu par les Instituts Pasteur de Madagascar et de Bangui et avec l’appui de l’Office national de la nutrition et du ministère de la Santé publique malgaches, va mobiliser plus de 50 chercheurs, cliniciens et professionnels de santé dans une approche multidisciplinaire inédite.

Une étude clinique menée dans chaque pays auprès de 460 enfants identifiés dans les hôpitaux partenaires du projet permettra de mesurer le nombre d’enfants (prévalence) souffrant d’entéropathie environnementale pédiatrique, de mieux comprendre les mécanismes biologiques et physiologiques qui en sont à l’origine et d’identifier des marqueurs de ce syndrome pour développer un test de diagnostic facilement utilisable sur le terrain.

"A l’aide de technologies de séquençage les plus avancées actuellement, nous étudierons les perturbations de la flore de l’intestin supérieur et de l’estomac dont nous pensons qu’elles sont à l’origine de l’entéropathie. Cela n’a jamais été fait jusqu’ici", a indiqué le Pr. Sansonetti.

L’ensemble des données obtenues dans les différentes études sera compilé via une modélisation mathématique et permettra ainsi d’obtenir une vision holistique de la PEE qui servira de base pour développer des interventions efficaces au bénéfice de la santé des enfants.

Cette réunion prend fin mercredi.
-0- PANA NA/JSG/IBA 08mar2016

08 mars 2016 12:13:29




xhtml CSS