AfriCASO plaide pour l'implication des Personnes vivant avec le VIH dans la riposte au SIDA

Dakar, Sénégal (PANA) - Le directeur du conseil africain des ONG d'action contre le SIDA (AfriCASO), Innocent Laison, a soutenu jeudi à Dakar que la réalisation de l'accès universel aux soins nécessite une riposte impliquant des acteurs multiples et divers, notant que la Société civile et les réseaux de Personnes vivant avec le VIH (PVVIH) jouent un rôle de leadership essentiel dans la réalisation des objectifs nationaux et internationaux de la riposte à la maladie.

S'exprimant au cours d'un panel sur les résultats et recommandations issus des études menées dans le cadre du programme dénommé Leadership de la réponse au VIH à travers la responsabilité (LTA), M. Laison a déclaré qu'il faut mettre en oeuvre une campagne nationale de sensibilisation et de mobilisation pour développer une appropriation stratégique de ce principe par les leaders de la réponse au VIH/SIDA au Sénégal.

Il a souligné que l'action doit s'appuyer sur la conclusion de cette étude, notamment sur les insuffisances constatées dans l'implication effective et significative des PVVIH dans la riposte contre le SIDA, estimant qu'il faut intensifier la lutte contre la stigmatisation et la discrimination avec des stratégies et des interventions portées par les PVVIH, avec comme objectif fondamental, la création d'un environnement favorable à l'implication des PVVIH dans la riposte contre le VIH/SIDA.

Selon lui, le panel a pour but de permettre aux réseaux de PVVIH clés d'être placés au cœur de la riposte au VIH dans un effort commun de réalisation de l'accès universel et de mettre en lumière le rôle unique que jouent la Société civile et les réseaux de PVVIH en collaboration avec les gouvernements pour la planification, la mise en œuvre, le suivi et évaluation de programmes qui contribuent à réaliser les objectifs-cibles de l'accès universel à la prévention.

''La plupart des PVVIH sont confrontées à des problèmes de suivi qui font que l'essentiel de l'effort est centré sur la résolution de ces problèmes'', a ajouté M. Laison, soulignant qu'elles ne bénéficient que timidement d'organisations ou de structures capables de prendre en charge leur besoin de changement politique.  

Concernant le rapport d'évaluation, il a indiqué que les études qui ont été menées au Sénégal depuis janvier 2012 sous la conduite des PVVIH ont permis d'identifier des barrières qui freinent à la fois l'accès universel lié au VIH et que le partage et l'exploitation judicieuse des résultats et recommandations de ces études avec toutes les parties prenantes constituent une étape importante dans le processus de plaidoyer  pour le financement adéquat de la réponse nationale au VIH et la promotion des droits humains et des groupes vulnérables.
-0- PANA DOU/TBM/IBA   23mai2013

23 mai 2013 17:23:13




xhtml CSS