Adhésion de la Côte d’Ivoire à l’Agence pour l’assurance du commerce en Afrique

Abidjan, Côte d’Ivoire (PANA) - L’Agence pour l’assurance du commerce en Afrique (Aca) a annoncé, mercredi dans un communiqué, l’adhésion de la Côte d’Ivoire qui allonge la liste croissante de ses pays africains membres.

"L’adhésion de notre pays à l’Aca contribuera à créer les conditions économiques qui nous permettront d’atteindre le statut de pays émergent d’ici à 2020", a commenté le ministre ivoirien de l’Économie et des Finances, Adama Koné.

La Côte d’Ivoire est le troisième pays à adhérer à l’Aca, seulement six mois après l’Éthiopie et le Zimbabwe, devenus membres en 2016. La croissance rapide du nombre de membres, en particulier parmi les économies africaines significatives, est un élément essentiel du plan à moyen terme de l’Aca visant à élargir sa portée et à mieux répartir le risque entre les pays d’Afrique.

"Notre objectif, cette année et au-delà, reste la croissance des adhésions, en particulier en Afrique de l’Ouest. Nous considérons cette région comme une partie importante de notre mandat panafricain, et la Côte d'Ivoire s’apprête à devenir un marché important pour les produits de l’Aca en Afrique de l’Ouest. En partenariat avec d’autres acteurs internationaux, l’Aca est à présent en mesure d’appuyer les projets stratégiques des États membres d'Afrique de l’Ouest au bénéfice de la région", a noté le Président-directeur général de l’Aca, George Otieno.

L’adhésion à l’Aca est encouragée par la Banque africaine de développement (Bad), qui, à ce jour, a fourni un total de 30 millions de dollars en prêts bonifiés pour l’adhésion de l’Éthiopie, de la Côte d’Ivoire et du Zimbabwe, mais aussi une augmentation de la souscription au capital du Bénin.

Par son rôle de catalyseur au sein des économies africaines, l’Aca espère tirer parti de l’investissement en capital social initial de la Côte d’Ivoire jusqu'à 60 fois en termes d’investissements facilités dans le pays sur une base annuelle, comme c’est le cas pour les autres États membres.

L’Aca créée en 2001, est un assureur multilatéral spécialisé dont les produits d’assurance couvrent les risques liés à l’investissement et les risques commerciaux dans le but d’attirer près de deux milliards de dollars d’investissement et de transactions commerciales dans le pays et de réduire éventuellement le coût d’emprunt du pays de près de 1 % par an.

L’institution panafricaine assure aujourd’hui des investissements équivalant à environ 0,6 à 1,4 % du Produit intérieur brut (Pib) par an dans la majorité de ses États membres et y compris le soutien de projets stratégiques, tels que la couverture des 159 millions de dollars de prêt accordés par la Bad, en vue de financer l’expansion de la flotte de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines.

L’adhésion de la Côte d’Ivoire à l’Aca est considérée comme s'inscrivant dans la stratégie du gouvernement qui vise à attirer davantage d’investissements et à diversifier l’économie grâce à l’accroissement des échanges commerciaux et des possibilités d’investissement.

"L’entrée de l’Aca sur le marché ivoirien est un véritable levier, qui nous permet d’attirer davantage d’investissements étrangers et de dynamiser les échanges tant aux niveaux régional qu'international",  a souligné le président de l’Association pour la promotion des exportations de la Côte d’Ivoire (Apex-ci) et membre du Conseil de la Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (Cgeci), Guy M'Bengue,

Au cours des deux prochaines années, l’Aa continuera d’encourager l’adhésion d’autres États de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et des grandes économies africaines. L’augmentation du nombre de pays adhérents permet à l’Aca d’avoir un impact plus important sur le développement économique de l’Afrique, en participant à des projets prioritaires visant des secteurs vitaux tels que l’énergie, l’eau, la construction et la rénovation des routes et des chemins de fer,  l’immobilier, l’agriculture et les télécommunications.

L’Aca propose des produits de réduction des risques de crédit à moyen et à long termes afin de soutenir les investisseurs, les banques, les entreprises, les organismes publics et les gouvernements d’Afrique. Par exemple, pour les banques, l’Aca offre une protection contre les risques de défaut de paiement permettant aux prêteurs d’élargir leurs portefeuilles de prêts. Pour les gouvernements, les produits de l’Aca peuvent servir de substitut pour les garanties souveraines, ce qui permet aux États de diminuer leur plafond de dette.
-0- PANA BAL/BEH/IBA26avr2017

26 avril 2017 15:49:01




xhtml CSS