88 candidats interdits de concours à l'ENAM

Yaoundé- Cameroun (PANA) -- Quatre vingt huit (88) candidats au concours d'entrée à l'Ecole nationale d'administration et de magistrature (ENAM) de Yaoundé session 2004, accusés de «fraude caractérisée» et de «tentative de corruption», ont écopé une suspension de trois ans, a appris la PANA de source officielle jeudi, à Yaoundé.
Outre l'interdiction de composer dans toutes les filières dudit établissement, cette mesure temporaire ne dispense pas les intéressés de poursuites judiciaires, indique la décision signée du directeur général de l'école, Benjamin Amama.
Pour ce faire, les noms des sanctionnés font actuellement l'objet d'une large diffusion dans les médias camerounais.
Il n'en est pas de même des autres acteurs tels les enseignants, les responsables de l'établissement et des réseaux de corruption aux concours d'entrée à l'ENAM, qui continuent, impunément, de former entre autres des administrateurs civils.
L'ampleur de la corruption au Cameroun, souligne-t-on, est décriée par la presse locale qui ne cesse d'interpeller sans suite, les pouvoirs publics.
Créée en 1959, l'ENAM assure la formation professionnelle initiale et continue des cadres de l'administration générale, sociale et du travail, des régies financières et de la magistrature.
Elle opère également dans l'assistance et le conseil aux organismes et ONG.

22 juillet 2004 17:33:00




xhtml CSS