8 millions de tonnes de marchandises maliennes bloquées à Abidjan

Bamako- Mali (PANA) -- Plus de 8 millions de tonnes de marchandises maliennes restent bloquées au port autonome d'Abidjan, a-t-on appris vendredi à Bamako auprès du Conseil malien des chargeurs.
L'organe regroupant les transitaires et les importateurs maliens indique que des 238 camions maliens bloqués dans ce pays depuis le 19 septembre, date de l'insurrection d'une partie de l'armée, seule une cinquantaine ont pu arriver à destination.
"Il n'y a que les camions en provenance de Bouaké (toujours aux mains des mutins) qui ont pu franchir la frontière.
Le sort des camions bloqués entre Bouaké et Abidjan demeure toujours incertain", confie à la PANA un membre du Conseil malien des chargeurs.
En vue de permettre l'acheminement rapide du fret malien en souffrance dans les entrepôts de Côte d'Ivoire, une délégation d'opérateurs économiques se rendra dimanche à Abidjan, indique le Conseil malien des chargeurs.
Les importateurs maliens entendent demander à l'administration des douanes ivoiriennes qu'il soit accordé, à titre exceptionnel, une franchise totale des frais de dépôt et des pénalités encourues par les marchandises concernées.
L'inquiétude est des plus grandes dans les rangs de nombreux industriels maliens, dont les marchandises, souvent périssables, sont en souffrance depuis plusieurs jours dans des entrepôts de Côte d'Ivoire.
"Il est plus qu'urgent pour nos autorités de prendre des mesures appropriées pour un acheminement rapide des marchandises maliens, d'autant que plus de 80 pour cent du fret malien transite par le port d'Abidjan", déclarait récemment le président du Conseil malien des chargeurs, M.
Amadou Djigué, lors d'une réunion de crise.
Pour éviter une flambée du prix des denrées de première nécessité aux "conséquences désastreuses" pour ce pays sahélien enclavé, sans débouché maritime, l'industriel demande au gouvernement malien l'évacuation des marchandises vers les ports voisins de Lomé (Togo) ou de Téma, au Ghana, une frontière non encore fermée par les autorités ivoiriennes.
La crise ivoirienne n'en est pas moins susceptible d'avoir, dans les jours ou les mois à venir, des effets désastreux pour le Mali dans la mesure où le port d'Abidjan voit transiter environ 80 pour cent des marchandises de ce pays.
Selon un rapport récent de la Direction nationale de la statistique et de l'informatique (DNSI), quelque 165 milliards de FCFA en marchandises ont transité en Côte d'Ivoire en 2001.
Les hydrocarbures (88 milliards CFA), la chaux et le ciment (29,3 milliards CFA), les engrais (5 milliards), le sucre et les sucreries (3,6 milliards) se taillent la part du lion.

11 octobre 2002 10:36:00




xhtml CSS