58 décisions, 2 déclarations et 1 résolution soumises au 5è sommet

Syrte- Libye (PANA) -- Le cinquième sommet de l'Union africaine qui s'ouvre ce lundi à Syrte, la ville natale du colonel Mouammar Kadhafi, a été saisi de 58 projets de décision, deux projets de déclaration et une résolution, rédigés ces trois derniers jours par le Conseil exécutif préparatoire de la Conférence des chefs d'Etat.
Ces textes examinés les uns après les autres, puis approuvés tard dans la nuit du dimanche, par les ministres africains des Affaires étrangères, embrassent presque tout le champ de l'activité diplomatique, économique, sociale et culturelle du continent.
Ils sont marqués cependant, par une nette prédominance des questions institutionnelles, administratives et budgétaires et des mécanismes de suivi de décisions déjà prises ou de conférences organisées ou programmées, en Afrique ou pour son compte.
Le projet de résolution soumis à l'appréciation préalable des chefs d'Etat, a été élaboré à Syrte, comme une position africaine de négociation, en perspective de la réforme attendue des organes décisionnels et du fonctionnement du système des Nations-unies.
Ce projet de résolution que l'Afrique ambitionne de faire endosser à l'Assemblée générale des Nations-unies, définit ce que devraient être les positions de négociation du continent.
L'une des deux déclarations soumises ce lundi aux chefs d'Etat, fixe à ce propos le seuil en dessous duquel le continent ne saurait descendre, dans la perspective des pourparlers avec les autres régions du monde, en vue de réformer le système des Nations-unies.
La seconde déclaration, également relative aux relations entre l'Afrique et l'ONU, porte sur l'évaluation de la réalisation dans les pays membres de l'UA, des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).
La moitié des autres projets de décision soumis à l'approbation du sommet de Syrte, est relative au vécu administratif, budgétaire et financier de l'Union.
Ces projets de décision vont de la définition d'un nouveau barème de contribution faisant reposer sur la Libye, l'Afrique du Sud, le Nigeria, l'Algérie et l'Egypte, puissances financières du continent, 65 pour cent du budget ordinaire de l'Union, à l'élection ou la nomination de membres du conseil de vérification interne et de la Commission africaine des droits de l'Homme ou du comité d'experts africains pour les droits de l'enfant.
Des dossiers à caractère économique, social et culturel devant faire l'objet d'une décision au plus haut niveau politique africain, ont été également ficelés par les ministres et directement portés à l'appréciation des chefs d'Etat Ils portent sur l'autorisation d'institutionnaliser la Conférence des ministres africains de l'Economie et des Finances et la fusion entre la Cour africaine des droits de l'Homme et la Cour de justice de l'Union africaine.
La réponse africaine au rapport Blair et à ses propositions, et l'engagement solennel des Etats membres à inscrire la drépanocytose sur la liste des priorités en matière de Santé publique dans chaque Etat, sont également au nombre des dossiers ficelés ce week-end, pour le compte du Sommet de Syrte.

04 juillet 2005 07:25:00




xhtml CSS