54% des écoles libyennes souffrent de mauvaise qualité d'eau potable et d'assainissement

Tripoli, Libye (PANA) - Au total, 54% des écoles qui ont fait l'objet d'une évaluation souffrent de mauvaise qualité d'eau potable et d'infrastructures d'assainissement inadéquates,  a indiqué une étude approfondie de la qualité des installations d'eau et d'assainissement dans 140 écoles à l'ouest, à l'est et au sud de la Libye.

Les résultats de cette études restitués ce lundi dans un communiqué,  soulignent que les filles et les garçons courent des risques de problèmes de santé, en particulier les maladies transmises par l'eau.

Cette étude a été préparée par le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) en partenariat avec le Centre national de contrôle des maladies et le ministère de l'Education en Libye, au cours du premier trimestre de 2017, selon un communiqué publié lundi par la Mission d'Appui des Nations unies en Libye (UNSMIL).

Le communiqué a cité le directeur général du Centre national de contrôle des maladies, Dr Badreddine al-Najjar, affirmant qu' "en raison de ce partenariat important, l'UNICEF et le Centre national de contrôle des maladies ont une preuve suffisante pour comprendre l'étendue des dégâts à l'assainissement et la qualité de l'eau dans les écoles libyennes".

Il a ajouté que "les résultats ont fourni une solide base de connaissances pour les parties prenantes afin d'identifier les priorités de financement pour améliorer les installations d'eau et d'assainissement dans les écoles et  l'attribution de budgets adéquats pour ces interventions dans les écoles".

De son côté, le Représentant spécial pour l'UNICEF en Libye, Dr Ghassan Khalil, a déclaré que "l'UNICEF exhorte toutes les parties en Libye à coopérer ensemble pour résoudre ce problème, et à prendre les mesures nécessaires pour améliorer la qualité des installations d'eau et d'assainissement dans les écoles".

Il a souligné qu'"en 2016, l'UNICEF et ses partenaires ont œuvré pour améliorer les installations d'eau et d'assainissement dans 20 écoles de Sebha et Oubari et travaillent actuellement en 2017 sur 32 écoles à travers la Libye", selon le communiqué.

Le document a souligné que l'UNICEF et ses partenaires utiliseront les résultats de cette étude pour mener des programmes sur l'eau et l'assainissement en Libye. Les résultats seront également utilisés pour fournir les fonds nécessaires pour soutenir les enfants à poursuivre leurs études dans un milieu scolaire favorable et sain.

Le communiqué de la Mission d'Appui des Nations unies en Libye a indiqué qu'il a été possible de mener à bien cette étude grâce au soutien généreux du gouvernement allemand.
-0- PANA  BY/TBM/IBA  15août2017

15 août 2017 00:00:02




xhtml CSS