500.000 personnes menacées par la faim en RD Congo, selon le PAM

Dakar- Sénégal (PANA) – Le Programme alimentaire m-ondial (PAM) a déploré le manque de réponse de la communauté internationale à son appel à une aide d'urgence au demi million de personnes déplacées menacées de famine dans l'Est de la RD Congo où les combats continuent.
Dans un avertissement aux bailleurs de fonds – le deuxième en l'espace de deux mois – l'agence onusienne a dit n'avoir reçu que 5 pour cent des fonds demandés.
Elle a fait savoir, dans un communiqué, que ses réserves de nourriture en RD Congo sont faibles, alors qu'elle n'est pas en mesure de satisfaire les besoins des populations.
Le PAM avait lancé un appel au mois de juin demandant une somme de 38 millions de dollars pour fournir 46.
000 tonnes d'assistance alimentaire aux populations affectées par les combats interethniques dans l'Est de la RD Congo.
Mais d'après l'agence, seules l'Italie, la Suisse et la Nouvelle Zélande ont jusqu'ici contribué pour moins de deux millions de dollars, ce qui laisse un déficit de 95 pour cent.
Au cours de ces derniers mois, l'Est de la RD Congo a été le théâtre de violents combats entre les milices.
Des millions de personnes ont quitté leurs maisons par peur, laissant derrière elles tous leurs biens et leurs moyens d'existence.
Beaucoup se sont retrouvés totalement démunis et condamnés à la famine, selon le PAM.
"Si nous n'arrivons pas à nourrir ces gens, la situation va empirer", a dit le directeur adjoint du PAM en RD Congo, Jose Pita-Gros.
"Les gens arrivent aux centres de nutrition épuisés et montrant des signes de malnutrition, notamment les enfants.
Ils sont de plus en plus nombreux.
Le mois dernier, dans la ville de Kalemie, leur nombre avait doublé par rapport au mois précédent".
L'agence onusienne a poursuivi: "Après avoir souffert pendant cinq ans du conflit armé, plus de la moitié de la population dans l'Est de la RD Congo connaît actuellement de sérieuses pénuries de nourriture".
Elle a fait remarquer que les combats ont eu un impact catastrophique sur la disponibilité de la nourriture, les paysans ayant trop peur pour travailler leurs terres.
Les civils font état d'attaques brutales, de viol, de torture et de tueries hasardeuses.
"Nous espérons que la communauté internationale comprend l'ampleur des souffrances.
Les gens sont en train de partir, essayant de fuir la brutalité des différents groupes armés.
Aussi longtemps que cela continuera, ils n'auront aucun moyen de se nourrir", a dit Pita-Gros.
L'intervention d'urgence du PAM dans l'Est de la RD Congo ravagée par la guerre vient s'ajouter à une opération en cours destinée à fournir une aide alimentaire à 1,4 million de personnes à travers le pays, indique le communiqué.

10 août 2003 10:45:00




xhtml CSS