222 millions de femmes dans les pays en développement n'ont pas accès à la planification familiale

Nairobi, Kenya (PANA) - Permettre l'accès à chacun au service de planification familiale dans les pays en développement réduirait les coûts des soins prodigués à la mère et au nouveau-né de 11,3 milliards de dollars américains par an, selon le rapport 2012 sur l'état de la population mondiale publié ce mercredi par le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP).

Un meilleur accès à la planification familiale s'est révélé être un bon investissement économique. Un tiers de la croissance des économies du "Tigre" asiatique est attribué à la modification de la démographie avec le nombre d'adultes actifs qui est devenu plus élevé que celui des personnes qui dépendent d'eux, indique l'agence onusienne dans un communiqué.

Ce changement, selon le rapport, est une conséquence de la planification familiale qui a induit une productivité accrue, qui a débouché sur le développement économique de la région.

Une étude récente prédit que si le taux de fécondité tombait à seulement un enfant par femme au Nigeria au cours des 20 prochaines années, la croissance économique du pays serait d'au moins 30 milliards de dollars.

"La planification a un effet multiplicateur positif sur le développement", a déclaré le directeur exécutif du FNUAP, le Dr Babatunde Osotimehin. "Non seulement la capacité d'un couple à choisir combien d'enfants il veut avoir et à quel moment aide les pays à sortir de la pauvreté, mais c'est également un des moyens les plus efficaces d'autonomiser les femmes", a-t-il ajouté.

-0- PANA DJ/VAO/FJG/TBM/SOC 14nov2012

14 Novembro 2012 18:44:21




xhtml CSS