143,7% de malnutris en Afrique centrale entre 2014 et 2016, selon la FAO

Brazzaville, Congo (PANA) – Le coordonnateur sous-régional de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Dan Rugabira, a annoncé jeudi à Kintélé, banlieue nord de Brazzaville, que la région d’Afrique centrale connaît une augmentation de sa population de malnutris de 143,7% sur la période de 2014-2016, à l’ouverture d’un atelier sous-régional sur le repositionnement institutionnel de la nutrition comme facteur de développement.

Selon le fonctionnaire onusien, la situation est alarmante surtout que sur la même période pour les autres zones de l’Afrique subsaharienne, la tendance est à la baisse, cas par exemple de l’Afrique de l’Est et du Sud, qui sont respectivement, 19,6% et 2,3% et l’Afrique de l’Ouest à 24,5%.

L’Afrique centrale, qui avait environ 25 millions de personnes sous-alimentées à la même période, a vu cette population augmenter jusqu’à atteindre 59 millions. "Cette situation est d’autant encore plus grave  car notre sous-région ne s’aligne pas sur les tendances mondiales et régionales à la baisse. Néanmoins, malgré cette réduction de personnes sous-alimentées", poursuit Dan Rugabira.

"Le nombre d’enfants âgés de moins de 5 ans en retard de croissance a particulièrement augmenté. C’est la preuve que la sécurité alimentaire, à elle seule, ne suffit pas pour améliorer la situation nutritionnelle des populations", ajoute-t-il.

La malnutrition chronique est un véritable problème de santé mais aussi de développement en Afrique centrale. Au Congo, environ 175.000 enfants de 0 à 5 ans souffrent de malnutrition chronique, soit un taux de 24,4%. La République Démocratique du Congo (RDC) avec 43% est le pays d’Afrique centrale le plus affecté. Le Cameroun et la Centrafrique sont touchés respectivement à hauteur de 32,5% et 40,7%.

L’atelier sous-régional de Brazzaville a pour objectifs, entre autres, de contribuer au repositionnement de la nutrition en tant que facteur de développement  dans les priorités nationales au sein de différents secteurs, de sensibiliser toutes les parties prenantes de la nutrition de la sous-région afin de maximiser les efforts de lutte contre la malnutrition et renforcer les synergies intersectorielles.

La rencontre de Brazzaville vise également à obtenir une compréhension commune de l’importance de la nutrition et de l’alimentation dans les secteurs de développement socio-économique des pays, d’identifier les mécanismes de financement des différents projets/programmes en faveur de la nutrition, selon une approche multisectorielle.

La réunion, dont la cérémonie d’ouverture a été présidée par le Premier ministre congolais, Clément Mouamba, s’achève samedi.
-0- PANA MB/TBM/IBA 04nov2016

04 novembre 2016 15:36:26




xhtml CSS