04 soldats tués dans des affrontements armés dans l'est de la Libye

Tripoli, Libye (PANA) - Au total, 04 soldats du bataillon 302 des forces spéciales al-Saika ont été tués jeudi dans les affrontements avec le groupe des Brigades de défense de Benghazi, a indiqué une source militaire.

On rappelle que de violents affrontements armés ont éclaté jeudi dans les environs de Ras Lanouf, dans la région du Croissant pétrolier en Libye (est), entre l'armée nationale libyenne dirigée par le maréchal Haftar et des groupes armés susceptibles d'appartenir au groupe des Brigades de défense de Benghazi, pour le contrôle de cette région riche en gisements pétroliers.

Dans un communiqué, le bataillon 302 a indiqué que quatre de ses éléments ont péri dans l'attaque armée menée ce jeudi contre la région du Croissant pétrolier.

La Mission d'Appui des Nations unies en Libye (UNSMIL) a condamné l'attaque contre les ports pétroliers libyens de Ras Lanouf et al-Sidra.

"Cette escalade dangereuse dans la région du Croissant pétrolier met en péril l'économie libyenne et risque d'entraîner une confrontation généralisée", a indiqué l'UNSMIL dans un tweet, précisant que le calme doit être restauré immédiatement et que l'unité de la Libye prévale en premier.

La Compagnie nationale de pétrole (NOC) a annoncé jeudi, l'évacuation de son personnel des ports de Ras Lanouf et al-Sidra afin de préserver leur sécurité à la suite d'affrontements armés dans la région.

La NOC a estimé, dans un communiqué diffusé sur son site Web, que les pertes de la production de pétrole sont estimées à plus de 240 mille barils (environ un quart de la production), signalant le report de l'entrée d'un pétrolier censé arriver jeudi au port d'al-Sidra.

Le communiqué a souligné que le Conseil d'administration de la NOC et les sociétés qui lui sont affiliées suivent de près la situation.

Le conseil présidentiel du gouvernement de l'union nationale a condamné l'attaque du Croissant pétrolier, et considère la force armée qui a mené l'attaque, de "hors-la loi".

Cette attaque n'est pas la première du genre depuis le prise de contrôle par l'armée libyenne de la région du Croissant pétrolier en 2016, rappelle-t-on.

La production pétrolière en Libye, qui avoisine aujourd'hui un million de barils par jour pour une capacité de 1,6 million de barils/jour en temps normal, est souvent perturbée par l'insécurité qui règne sur les sites de production et du chaos sécuritaire auquel est confronté le pays.
-0-PANA BY/BEH/SOC 14juin2018

14 juin 2018 18:35:23




xhtml CSS