04 millions d'euros du Fonds global au Cap-Vert pour la lutte contre le VIH/SIDA

Praia, Cap-Vert (PANA) – Le Fonds global va octroyer au Cap-Vert quatre millions d’euros pour financer les programmes de lutte contre le VIH/SIDA et le paludisme dans l’archipel, pour les trois prochaines années, a annoncé la ministre cap-verdienne de la Santé, Cristina Fontes Lima, à l'issue d'une rencontre avec les responsables du fonds en visite de travail à Praia pour réviser le plan d’amélioration des interventions, déterminer les prochaines étapes et identifier les besoins financiers et humains en la matière.

La ministre a déclaré que la mission de suivi et d’évaluation du Fonds global avait qualifié de “satisfaisante” l’exécution des projets au Cap-Vert dans le domaine de la lutte contre le VIH/SIDA et le paludisme financés par l’organisation.

Mme Cristina Fontes Lima a reconnu qu’avec l’argent octroyé par le Fonds global, le Cap-Vert a pu faire de “grands progrès” dans ces domaines, mais qu'il y avait encore beaucoup à faire.

“En ce moment, nous examinons la deuxième phase du programme du paludisme d’un montant d'un million d’euros qui doit commencer bientôt”, a indiqué la ministre, en soulignant que l’évaluation conceptuelle présentée par les autorités cap-verdiennes était positive.

Concernant le VIH/SIDA, la ministre de la Santé a révélé qu’en ce moment, son cabinet était en train de préparer une proposition pour un nouveau programme visant à relever les défis actuels à partir de la réforme qui s’est faite au plan stratégique déjà évalué.

Pour ce nouveau programme, le Fonds global va garantir au Cap-Vert près de 3 millions d’euros, un financement qui, selon Cristina Fontes Lima, appuiera le gouvernement dans l’achat des médicaments anti-rétroviraux qui sont très chers et que le pays ne peut assurer pour le traitement des malades, sans cet appui financier.

La ministre de la Santé a indiqué que, face à cette décision et à la “bonne volonté” du Fonds global d’offrir une assistance technique et un appui financier, le gouvernement adoptera la même ligne pour améliorer la lutte contre ces maladies.

Pour sa part, la responsable du Fonds global, Paula Hacopain, a indiqué que l’appui s’expliquait surtout par l’effort du Cap-Vert à exécuter les programmes et par le fait que le pays disposait de systèmes de gouvernance et de santé des “plus forts en Afrique”.

Le Fonds global appuie le Cap-Vert depuis 2002 avec des financements ponctuels dans le domaine du VIH/SIDA et du paludisme.

Toutefois, en 2009, le Cap-Vert avait été sélectionné pour la première fois pour accéder aux ressources financières du Fonds global de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme.

Dans ce cadre, le Plan national de lutte contre le SIDA 2011-2015 a été financé par Fonds global pour près de 8,9 millions d’euros.

Le taux d’incidence du VIH/SIDA au Cap-Vert continue d'être stable à 0,8 pour cent.
-0- PANA CS/TON/CJB/JSG/IBA 09déc2014

09 décembre 2014 10:06:18




xhtml CSS