l'Unicef appelle à davantage d'efforts dans la prévention des décès dus à la pneumonie chez l'enfant

New York, Etats-Unis (PANA) - Bien que les réductions significatives de décès d'enfants suite à une pneumonie démontrent que les stratégies pour vaincre la maladie fonctionnent, le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a souligné mercredi, lors de la célébration de la cinquième journée mondiale de lutte contre la pneumonie, que davantage d’efforts sont nécessaires  pour empêcher des centaines de milliers d'enfants de succomber à cette maladie évitable.

Mickey Chopra, responsable des programmes mondiaux de santé  de l'Unicef, a déclaré : «La pneumonie est encore une maladie très dangereuse, elle tue plus d'enfants de moins de cinq ans que le Vih/sida, le paludisme, les blessures et la rougeole réunis,  et même si les chiffres sont à la baisse, avec près d'un million de décès par an, il n'y a pas de place pour la complaisance".

Selon Chopra, la pauvreté est le plus grand facteur de risque, et cela signifie que les efforts doivent atteindre chaque enfant, aussi marginalisé soit-il.

Il a noté que la pneumonie figure toujours parmi les principales causes de mortalité chez les enfants, 15 pour cent des décès, soit environ 940 000 enfants par an; cependant les décès dus à la maladie ont diminué de 44 pour cent depuis 2000.

Soulignant que les décès dus à la pneumonie sont  plus élevés dans les communautés rurales pauvres, il a noté que la pollution de l'air domestique  est une cause majeure de pneumonie, de sorte que les enfants vivant au sein des ménages qui dépendent des combustibles solides tels que le bois, le fumier ou le charbon de bois pour la cuisson ou le chauffage sont très exposés.

En outre, les enfants vivant dans les communautés pauvres sont moins susceptibles d'être vaccinés contre la rougeole et la coqueluche, qui figurent aussi  parmi les principales causes de la maladie, donc les stratégies doivent cibler les communautés à faible revenu.

«L'utilisation accrue des vaccins contre la pneumonie, en particulier dans les pays à faible revenu, a conduit à des progrès contre la maladie, mais des inégalités existent même dans les pays disposant d’une large couverture.

«Combler l'écart de traitement entre les pauvres et les plus aisés est crucial pour une baisse des décès évitables dus à la pneumonie, et plus nous nous concentrons sur les causes et les solutions connues, plus vite nous placerons ce fléau qui touche l'enfance sous contrôle ", a déclaré Chopra dans un communiqué.

Mercredi, la division des approvisionnements de l'Unicef a appelé les innovateurs à  travailler sur des minuteries de fréquence respiratoire améliorées et plus abordables pour aider  au diagnostic opportun et à la prise en charge  rapide de la pneumonie.

L'agence a noté que l'élargissement de la disponibilité des médicaments peu coûteux tels que  l'antibiotique amoxicilline, aidera à réduire l'écart de traitement, en particulier chez  les populations difficiles à atteindre.

-0- PANA AA / AR/AKA/BEH/SOC   12 novembre 2014

12 novembre 2014 20:53:01




xhtml CSS