"Nous n'abandonnerons pas la quête pour la paix au Soudan du Sud", promet la vice-Secrétaire générale de l'ONU

Juba, Soudan du Sud (PANA) - Au cours d'une visite mardi au Soudan du Sud, la vice-Secrétaire générale des Nations unies, Mme Amina Mohammed, a parlé de mère à mère avec les femmes déplacées, en promettant qu'elle et les autres femmes leaders de la communauté internationale n'abandonneront pas l'espoir de la paix pour leur nation.

Mme Amina Mohammed conduisait une délégation dans ce pays déchiré par la guerre comprenant l'Envoyée spéciale de l'Union africaine pour les femmes, la paix et la sécurité, Bineta Diop et la Conseillère spéciale sur l'Afrique du Secrétaire général, Bience Gawanas.

Dans un camp de l'ONU, dans la ville de Walu, au nord-ouest, les trois femmes ont rencontré des Sud-soudanaises victimes de violences sexistes.

Mme Mohammed a partagé avec les femmes sud-soudanaises le message du dernier Sommet de l'Union africaine, qui s'est conclu en Mauritanie, lundi, dans lequel, les chefs d'Etat ont demandé aux dirigeants du Soudan du Sud de rendre des comptes pour la paix au Soudan du Sud.

Elle a ajouté que l'ONU jouait également son rôle.

"Malheureusement, jusqu'à présent nous avons échoué. C'est la vérité. Donc, il n'y a pas de paix au Soudan du Sud", a-t-elle reconnu.

"Mais en tant que mères, en raison des enfants, nous n’abandonnerons pas. Que ce soit Bineta, Amina ou Bience: nous n'abandonnerons pas la quête de la paix au Soudan du Sud", a-t-elle ajouté.

Le Soudan du Sud va célébrer sa septième année d'indépendance le 09 juillet. Mais depuis décembre 2013, la plus jeune nation du monde est consumée par un conflit qui a fait des milliers de morts et déplacé à l'intérieur de ses frontières près de deux millions de citoyens, tandis que plus de deux millions d'autres ont fui vers les pays voisins où ils sont réfugiés.

La vice-Secrétaire générale a invité les femmes sud-soudanaises à ne pas abandonner leurs rêves de paix.

"Vous ne devez pas vous lasser. Vous devez garder espoir. Nous devons trouver les moyens de surmonter les tragédies d'aujourd'hui pour réaliser les rêves de demain", a-t-elle dit.

Mme Mohammed a souligné que toutes les femmes présentes - y compris celles de sa délégation - étaient des mères, des épouses ou des filles. Tout comme chaque homme qui perpétue la violence contre elles est un fils, un frère ou un mari.

Cette mère de six enfants a rappelé à l'assistance que tout homme est issu d'une femme et a encouragé les femmes à "semer les graines du respect envers les femmes dans le cœur de leurs fils".

Mais pour régler le problème actuel de la quête de la paix, elle a souligné l'importance de la présence des femmes à la table des négociations.

"Ainsi, nous allons nous battre pour votre droit à faire entendre vos voix là où il le faut", a-t-elle affirmé.
-0- PANA MA/FJG/JSG/IBA 04juil2018

04 Julho 2018 09:40:36




xhtml CSS