Les enseignants bravent l'interdiction du préfet et marchent dans les rues de Ziguinchor

Ziguinchor, Sénégal (PANA) - Malgré une interdiction de dernière minute du préfet de Ziguinchor, les syndicats d’enseignants du Sénégal, regroupés sous l’appellation du G6, ont organisé une marche ce jeudi à travers les rues de Ziguinchor, au Sud du Sénégal, a constaté la PANA sur place.

Après une assemblée générale qui a eu lieu au lycée Djignabo situé non loin de l’aéroport de Ziguinchor pour galvaniser les troupes, les syndicalistes, par milliers et arborant des brassards rouges, ont quitté l’établissement en direction du centre-ville situé à plus de deux kilomètres.

A peine dans la rue, ils se sont heurtés à un barrage de policiers. Mais, visiblement déterminés à effectuer la marche contre vents et marées, les manifestants tenteront de forcer le passage. Chose que les policiers n’entendront pas de cette oreille. Ce fut alors le premier accrochage entre les deux parties, lacrymogènes contre jets de pierres.

Après des échauffourées, les marcheurs franchiront ce barrage et feront cap vers Escale, le quartier des affaires. L’arrivée inattendue du préfet de Ziguinchor sur les lieux pour livrer, on ne sait quel message, motivera davantage les travailleurs de l'enseignement qui, après une heure de marche et d’affrontements avec les policiers ont fini par atteindre le centre-ville.

Et c’est finalement vers 13 heures que Sawourou Sène, le responsable national de l’intersyndicale du G6 et ses camarades atteindront le rond-point Jean Paul 2 situé au centre ville.

Craignant sans doute que les manifestants n’envahissent la rue Javelier, la principale qui abrite les activités de commerce et tentent d’arriver à la Préfecture ou à la Gouvernance situées à quelques centaines de mètres de là, les policiers ont utilisé les gros moyens pour disperser la foule.

Il a fallu presque une heure pour que les policiers arrivent à mettre fin aux velléités des enseignants qui leur ont opposé une farouche résistance. C’est M. Lamarana Diallo, le Commissaire central de Ziguinchor, en personne, qui a dirigé les opérations pour éviter sans doute d’éventuelles bavures.

Tantôt au front avec une lance-grenade à la main, tantôt dans un des nombreux véhicules déployés pour la circonstance, téléphone portable collé à l’oreille, le Commissaire Diallo et ses troupes réussiront à empêcher finalement la foule de franchir ce rond-point. Mieux, ils réussiront à disperser tous les groupes qui se sont formés sur les différentes voies qui y convergent à l’aide de lacrymogènes et parfois par des courses-poursuites.

Cette marche a été une réussite totale, ont déclaré les enseignants grévistes, qui se sont par ailleurs indignés de l’attitude des pouvoirs publics sénégalais qu’ils jugent inacceptable.

‘’La marche a été une réussite totale parce que nous avons marché d’un bout à l’autre de la ville, nous sommes venus jusqu’au centre-ville. C’est du jamais vu lors d’une marche interdite, des milliers de personnes déferlant jusqu’au centre-ville de Ziguinchor. Comment pouvez-vous comprendre qu’on nous laisse marcher à Dakar, à Saint-Louis, à Thiès et à Kaolack et qu’on interdise de marcher à Ziguinchor sous le fallacieux prétexte que l’administration n’a pas suffisamment de ressources humaines pour encadrer la marche. Et pendant ce temps, ils ont assez de policiers pour nous mâter’’, a martelé à la presse, Bacary Marone Seydi, président du Syndicat des Enseignants Libres du Sénégal (SELS).

Ce dernier ajouta : ‘’Le régime de Macky Sall, c’est l’intimidation, l’injustice et la prison. Nous exigeons la libération immédiate et sans condition de tous nos camarades arrêtés. Dans tous les cas, la lutte continue jusqu’à ce que nous rentrions dans nos droits’’.

Plusieurs enseignants ont été interpellés lors de cette marche, mais aux dernières nouvelles, ils ont tous été libérés.

Plusieurs syndicats d’enseignants du Sénégal, rappelle-t-on, sont en mouvement depuis plusieurs mois. Ils revendiquent particulièrement l’augmentation de leurs indemnités de logements et l’application d’accords antérieurs signés avec le régime du président Macky Sall.  

-0- PANA MAD/IS/SOC 12avr2018

12 Abril 2018 18:29:12




xhtml CSS