La Libye mise à l'index au 5ème Sommet UA-UE d'Abidjan

Abidjan, Côte d'Ivoire (PANA) - La Libye a essuyé des volées de bois vert à l'ouverture, mercredi à Abidjan, du cinquième Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA) et de l'Union européenne (UE) où les différents intervenants ont brocardé dans un tir groupé la situation d'esclavage des migrants dans ce pays relayée par les médias.

Le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré que les "récentes images atroces de migrants vendus en Libye" rappellent l'urgence d'agir de la Communauté internationale.

Il a souligné que la fin des tragédies en Méditerranée repose sur deux conditions essentielles : la création d'opportunités significatives de migration légale et les politiques de coopération pour le développement qui contribuent à offrir aux gens de trouver un avenir digne chez eux.

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a soutenu que la sécurité mondiale dépendra de la capacité à régler la crise en Libye et "à mettre fin par tous les moyens aux traitements inhumains infligés aux migrants".

Selon le président du Conseil européen, Donald Tusk, le devoir commun de l'Europe et de l'Afrique est de lutter contre ces criminels sans scrupules et de les traduire en justice.

Le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, a déclaré : "Je m'adresse à vous horrifié et hanté, comme bien d'autres citoyens, par les images de migrants africains vendus aux enchères comme esclaves sur le territoire libyen. Notre Sommet doit être le point de départ d'une action résolue visant à trouver une solution à cette tragédie et aux sources d'angoisse de notre jeunesse".

Les porte-parole des Parlements panafricain et européen ont fermement condamné la vente des jeunes Africains comme du bétail en Libye et ont réclamé une enquête internationale pour crimes contre l'humanité. Ils enverront une mission conjointe d'information en Libye visant à recueillir les informations et à établir les responsabilités.

Ces deux Parlements ont lancé un appel à la Communauté internationale pour aider l'UA pour la résolution du problème en Libye et y établir un Etat de droit.

Le Sommet UA-UE, institué depuis 2000, est un partenariat, une plateforme de dialogue entre l'Europe et l'Afrique qui traduit selon les chefs d’Etat, "l’engagement des deux parties à coopérer à long terme et de manière stratégique sur un pied d’égalité".

Le 5ème Sommet a pour thème "Investir dans la jeunesse pour un avenir durable". Les discussions porteront sur l'emploi des jeunes, l'immigration, la paix et la sécurité et d'autres questions liées à la coopération UA-UE. Le sommet s'achève jeudi.
-0- PANA BAL/BEH/SOC 29nov2017

29 novembre 2017 20:46:01




xhtml CSS